Attijariwafa Bank au sommet des valeurs cotées à la bourse des valeurs de Casablanca

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

atijariwafa bank

La Bourse des valeurs de Casablanca a annoncé qu'à l’occasion de la survenue de la date annuelle de la révision des facteurs flottant et des facteurs de plafonnement, les données relatives aux deux indices MASI et MADEX ont été mises à jour sur la base des données à la clôture de la séance du 17/07/2014 et prendront effet le 01/09/2014.

La révision des facteurs flottant a pour objectif la détermination annuelle du facteur flottant à partir des informations publiques ou en cas d’opération induisant une variation de plus de 5% du flottant, alors que la révision du facteur de plafonnement a pour objet la détermination annuelle du facteur de plafonnement à partir de la capitalisation flottante des valeurs ou en cas d’opération induisant une variation significative du poids des valeurs dans l’indice.

Cette révision introduit une nouvelle hiérarchisation, que ça soit au niveau du Masi (toutes les valeurs de type action) ou au niveau du Madex les valeurs les plus liquides et cotées en continu). IAM (Maroc Télécom), autrefois première capitalisation, se trouve à la deuxième position pour les 2 indices, son poids pour le Masi n'est plus que de 16,12 % et pour le Madex 17,28 %, même si elle continue à détenir la première place en ce qui concerne le total des titres, sachant que l'OPA réglementaire lancée dernièrement, à la suite du changement de l'investisseur de référence (Etisalat), n'a pas eu lieu, ce qui a évité à la bourse des valeurs une autre source de perturbation.

C'est Attijariwafabank qui lui a arraché sa première place. Le premier groupe bancaire marocain a gagné en poids et se positionne en tête de toutes les valeurs de type action (Masi), et les valeurs les plus liquides et cotés en continue (Madex). Pour les premières, le poids d'AWB est passé à 17,52 % et pour la deuxième à 18,78 %.

Les autres poids lourds sont respectivement le BCP, ADDOHA, BMCE BANK, LAFARGE CIMENTS, HOLCIM, Wafa assurance, CGI, Ciments du Maroc, BMCI, Alliances. ..

La Bourse des Valeurs de Casablanca n'arrive toujours pas à sortir de son marasme. Ses fondamentaux ne sont toujours pas au beau fixe. Sa capitalisation et ses transactions demeurent faibles et les nouvelles introductions se font rares depuis quatre ans. Le flottant des sociétés cotés est dans la plupart des cas insignifiant. L'économie marocaine reste une économie d'endettement. La finance directe peine à se détacher de sa pudeur et la finance islamique n'apportera pas de changement à cette situation à long terme, son coût, même si on la qualifie d'anti-usure, est contre une quelconque percée à moyen terme.