Bourse-CGI : Le CDVM refuse le prix de sortie

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
unnamed (3) Dans le cadre de l'examen de la recevabilité du projet de retrait de la CGI de la bourse, le CDVM a demandé des justifications et informations complémentaires à sa maison mère. C’est une grande première dans le marché financier de Casablanca. L’autorité de contrôle, en l’occurrence le CDVM, a rejeté l’offre publique de retrait (OPR) de la bourse de Casablanca. Si la décision est inédite, le gendarme n’a toutefois pas précisé ses motifs. A l'issue des différents échanges avec l'initiateur et afin de clarifier les points restés en suspens, il a été convenu de réaliser une évaluation supplémentaire des actions de la société visée et ce, par un 2ème évaluateur indépendant. Par conséquent, la suspension de la cote est maintenue pour les actions du promoteur immobilier et ce, jusqu'au terme de l'examen des conclusions de la 2ème évaluation indépendante.  Le projet d'OPR avait fait l'objet d'un avis de dépôt publié par le régulateur en date du 24 novembre 2014, après la décision de radiation des titres CGI de la cote de la bourse des valeurs de Casablanca. Il est à noter que l’opération vise les titres non détenus par CDG Développement, soit 23,9% du capital (flottant en bourse 15,4%, RMA Watanya avec 8,4%). C’est vraisemblablement l’une des plus longues suspensions au niveau de la bourse de Casablanca. Cela date du 16 octobre 2014 et l’action s’échangeait à 725 DH. Elle a été introduite sur le marché en 2007 à 1047 DH. D’ailleurs faut-il le rappeler, a été entachée d’irrégularités. Depuis, le cours de la valeur s’est inscrit dan un trend baissier avant que la décision de sa radiation tombe. Une décision qui émane de ministère de l’Economie et des Finances en vues de l’affaire CDG-Bades qui est toujours en cours, d’ailleurs sans nouvelle depuis plusieurs semaines. Dire que la CGI n’a toujours pas été une chose facile à gérer.

lire aussi