CDG Gate : l’action CGI se retire de la Bourse

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-cgi

Après 8 années de cotation, l’action CGI succombe. Le scandale qui touche actuellement le promoteur a eu raison de la cotation du titre à la Bourse de Casablanca. Les petits porteurs risquent d’être lésés.

Les dommages collatéraux de « CDG Gate » commencent à se faire ressentir. Le scandale qui touche la Compagnie Générale Immobilière (CGI) risque d’avoir comme premier impact la sortie du promoteur immobilier de la Bourse de Casablanca.

Après la suspension de la cotation en Bourse de la société, le vendredi 17 octobre 2014, c’est l’avenir de la société dans les marchés financiers qui semble être scellé après l’annonce de radier le titre CGI de la cote à l’issue du Conseil d’administration qui s’est tenu le mercredi 22 octobre 2014. Cette décision a été prise sur instruction du Ministère de l’Economie et des Finances et a été justifiée par «la volonté d’infléchir les orientations stratégique de la société».

Dans ces conditions, une offre publique de retrait (OPR) sera lancée dans les jours à venir. Evidemment, il faudra bien évidemment que l’OPR obtienne l’aval du CDVM. Cette OPR sera initiée par CDG Développement, filiale du Groupe CDG, qui contrôle 76,14 % du capital de la CGI. L’offre va ainsi concerner les 23,86 % du capital de la CGI dont le flottant en Bourse (15,35 %) et la participation de RMA Watanya (8,51 %).

8 ans de cotation

L’on se rappelle bien de ce mois d’aout 2007. Une période où le marché financier casablancais affichait une euphorie sans précédant. Le titre CGI fait donc son entrée en Bourse. Actuellement, la société pèse 13,34 milliards de DH, soit 2,7 % de la capitalisation boursière de la place, est se voit comme l’une des valeurs solides et des plus liquides de la place casablancaise. Sa radiation va allonger la longue liste des entreprises qui ont quitté la corbeille casablancaise au cours de ces dernières années. Ce qui va constituer un coup dur pour la Bourse de Casablanca qui a du mal à attirer de nouveaux émetteurs au niveau de la cote.