CGI : 2014, l’année de tous les maux

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
couv-cgi  Au terme de l'exercice 2014, les réalisations financières du Groupe CGI devraient être en deçà de ses dernières prévisions. Les mauvaises nouvelles ne cessent de s’abattre sur le bras immobilier de la CDG. Après le scandale de l’affaire « Madinat Bades », le limogeage de responsables au sein de la société ainsi que sa maison mère, le retrait du titre CGI de la Bourse, c’est au tour des performances pour cette année du promoteur d’en prendre un coup dur. En effet, suite au Conseil d'Administration du Groupe CGI, il a été constaté que les prévisions financières au titre de l'exercice 2014 sont significativement inférieures aux réalisations 2013 ainsi qu'aux chiffres présentés dans la note d'information de l'emprunt obligataire de 1,5 milliards de DH du mois de juin dernier. En effet, les revenus consolidés prévisionnels 2014 devraient se fixer à  2,6 milliards de DH en baisse de 28% comparativement à une année auparavant (contre -40% par rapport à la note d'information), tandis que le Résultat net du groupe devrait s'établir à 178 millions de DH en régression de 51% comparativement à fin 2013 (contre -67% par rapport à la note d'information). Ce recul s'explique principalement par des rythmes de livraison de certains projets plus lents qu'anticipé, particulièrement au cours du dernier trimestre de cette année, ainsi que par des reports de chiffre d'affaires sur l'année 2015 et sur les années suivantes. Toutefois, il est à noter que la reprise de l'activité attendue en 2015 demeure faible comparativement aux prévisions de la note d'information. Pour le conseil d’administration réuni la semaine dernière sous la présidence de Saïd Laftit, Secrétaire Général de la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG), “cette situation ne remet nullement en cause la capacité de la CGI et de ses filiales à continuer à exécuter leurs projets et à honorer leurs engagements vis-à-vis de leurs partenaires privés et publics’’.