Caisse de Compensation : Entre indexation et réforme

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-rafinage

De 2000 à aujourd’hui, la compensation des produits pétroliers est passée par différentes phases. Elles convergent vers une politique en étapes pour une décompensation absolue

Les modifications de prix interviennent dans une logique de décompensation des prix nationaux des produits pétroliers. Pour en éviter les conséquences brusques sur les économies des ménages, le glissement du prix du gasoil compensé a été évalué par étapes, entre juin 2012 et septembre 2013.

Lire également : Pourquoi le prix du gasoil ne baisse pas

L’indice des prix étant calculé par le Haut Commissariat au Plan (HCP) et pas uniquement au niveau des carburants, cette évolution s’inscrit dans une libéralisation des prix des produits pétroliers. Lors d’une conférence tenue hier expliquant, entre autres, les mécanismes de fixation des prix des produits pétroliers, le ministre délégué auprès du Chef du gouvernement, chargé des Affaires générales et de la Gouvernance, Mohamed El Ouafa, précise que les conséquences de cette libéralisation sont en cours d’étude, tout en rappelant que cette mesure « est une des grandes réformes de la Caisse de Compensation ».

Pour le ministère, cette décompensation s’explique par l’endettement de la Caisse. L’introduction des produits pétroliers dans la liste des denrées compensées a été faite en 2000. Elle a poussé à une définition de plafond des prix. Ainsi, les évolutions en hausse au-dessus de ces prix-là ont été absorbées par la Caisse de Compensation. Depuis cette date, l’opération a de plus en plus pesé lourd sur les caisses de l’Etat, menant à une situation critique d’endettement en 2009. Par conséquent, une sortie progressive du contrôle de ces prix par la Caisse de Compensation a été pensée. Elle représente une transition vers la décompensation complète des prix des produits pétroliers. Le revers de la médaille dans la prise de telles mesures demeure au niveau des petits opérateurs qui s’inquiètent de cette libéralisation. Le ministre Mohamed El Ouafa relève cette question, tout en estimant que l’opération ravivera la compétitivité du marché entre opérateurs, qui auront par la suite à définir ces prix à leur niveau de distribution et de vente.