Climat des affaires : l’entreprise au cœur des priorités de Benkirane

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-benkirane

Le lancement de la 13ème édition des 500 plus grandes entreprises marocaines n’a pas manqué à Benkirane qui réitère l’engagement du gouvernement en faveur de l’entreprise

L'économie fait partie des domaines qui ont concentré le plus grand nombre de réformes et de mesures depuis l'avènement de l'actuel gouvernement.

Un vrai dilemme pour Abdalilah Benkirane. Le chef du gouvernement s'est retrouvé face à une situation plutôt difficile. Entre prendre des mesures urgentes pour maîtriser les équilibres macro-économiques ou renforcer la confiance dans le climat des affaires, le pari n’est pas encore gagné. « Les différentes mesures prises par le gouvernement sont nécessaires pour mettre l'économie nationale sur la voie de l'émergence et réunir les conditions propices à la création des richesses et ce, en partant d’une conviction que l'entreprise constitue le principal moteur du développement économique », clame Benkirane, lors d'une conférence-débat initiée par le mensuel Economie & Entreprises en partenariat avec Kompass Maroc, à l'occasion de la 13ème édition des 500 plus grandes entreprises marocaines, organisée sous le thème « L'entreprise au cœur de la stratégie du gouvernement ».

Toutefois, il n’a pas omis de souligner qu'il reste plusieurs principaux défis à relever. Il s’agit là des urgences pour améliorer le climat des affaires telles que l'adoption de la loi organique relative au droit de grève, l'amélioration du Code de travail, la moralisation de la vie publique et la lutte contre la corruption, la simplification des procédures administratives et l'amélioration du système de la formation, entre autres.

Benkirane ne cache cependant pas son satisfecit quant aux réformes qui ont été engagées jusqu’à présent. Aux yeux des instances internationales, le Maroc est « un élève assidu ». Le FMI considère que le Maroc constitue un modèle à suivre dans la région. « La progression du pays de 10 rangs au niveau de l'indice du climat des affaires publié par la Banque mondiale en se hissant au 87ème rang parmi 189 Etats en 2014, réalisant ainsi la 2ème meilleure évolution dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) », souligne le chef du gouvernement.