Communication financière : les émetteurs peuvent mieux faire

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-bourse-casa

D’après la dernière étude du CDVM, les émetteurs sur le marché boursier s’appliquent aux stricts minimums en matière de communication financière.

Sur un marché relativement terne, la rareté de l’information sur la santé des entreprises cotées n’améliore guère la confiance des investisseurs encore moins celle du marché. Mais, les entreprises ne sont pas totalement à blâmer puisque la réglementation en vigueur leur accorde un délai de trois mois pour publier leurs résultats. A l’exception de quelques sociétés, une grande partie attend l’approche du délai limite pour communiquer leurs résultats au marché. Le CDVM s’est penché sur la question en publiant son étude sur « les pratiques de la communications financière des émetteurs » sur la période entre 2012 et 2013.

Malgré l’effet « last minute », l’analyse des pratiques des émetteurs (sociétés cotées) en termes de communication financière laisse constater, d’une part, que les délais des publications des résultats semestriels et annuels sont respectés et d’autre part, que lesdits délais s’inscrivent en baisse, aussi bien au cours de la période étudiée que par rapport aux périodes précédentes. Cependant, si l’exhaustivité de l’information est respectée par la majorité des émetteurs, des efforts restent à fournir tant au niveau de l’information extra comptable qu’au niveau de la sélection des annexes accompagnants les comptes semestriels et celles relatives aux comptes consolidés.

Par ailleurs, le pourcentage de sociétés ayant organisé des conférences de présentation des résultats annuels a baissé d’environ 22% au cours de la période étudiée. Pourtant, ces réunions de présentation des résultats constituent un moment privilégié de communication et d’échange entre le management et le marché financier. Aussi, le CDVM encourage vivement l’organisation de ce type d’événement. Sur le plan de la communication financière sur leur site Web, seuls 33% des émetteurs maintiennent une information mise à jour et facile à exploiter par le public. Là aussi, et dans la mesure où le site web est devenu un vecteur de communication incontournable, le CDVM invite les émetteurs à y consacrer une rubrique dédiée à l’information financière et régulièrement actualisée.

Globalement, les entreprises du Masi jugent leur communication financière très satisfaisante. Si les « blue chips » du marché et quelques moyennes capitalisations communiquent plus ou moins régulièrement sur leur activité, notamment lors des rencontres organisées avec les professionnels du marché ainsi que la presse, d’autres se contentent uniquement d’un simple communiqué parfois sans commentaire.