Compensation : Le gaz pèse encore

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
[caption id="attachment_26814" align="aligncenter" width="810"]Compensation : le gaz pèse encore lourd sur le budget Crédit Photo : Vivo Energy Morocco[/caption]

La facture de janvier à juillet 2014 concernant les produits pétroliers, le gaz butane et le sucre a atteint environ 19,37 milliards de DH en baisse de 8% comparée à la même période de l’année 2013.

La baisse de la charge de compensation se poursuit. D’après le dernier rapport de la Caisse de compensation, la moyenne des cours du Brent durant la période janvier-septembre 2014 s’est établie en effet autour de 106,81 $/t contre 108,49 pour la même période de l’année 2013, soit une baisse de 1,5 %. Quant à la moyenne du cours du sucre brut, elle s’est située autour de 450,23 $/t contre 494,90 une année plus tôt, en retrait de 9%.

Si la facture des produits pétroliers et du sucre continue de s’alléger, celle du gaz butane s'alourdit davantage. Ceci malgré la baisse de 25% des cours sur les marchés internationaux entre janvier et juillet 2014.

La charge de compensation relative au gaz butane s’est ainsi élevée à plus de 8,47 milliards de DH à fin juillet. Elle marque une hausse de 13% par rapport à la même période de l’année précédente, et dont 96% de cette charge concerne les frais de distribution des centres emplisseurs. La hausse de la facture du gaz butane s’expliquerait par celles des mises à la consommation (6%) sachant par ailleurs que l’importation de ce produit a également bondi de 17% en volume. Rappelons que les prix de vente du gaz butane n’ont subi aucune modification et restent subventionnés.

Pour sa part, la facture des produits pétroliers a atteint, elle, plus de 9,09 milliards de DH, dont plus de 7,25 milliards correspondant au gasoil 50ppm. La subvention globale supportée par la Caisse de compensation est donc en baisse de 22% sur un an. Rappelons également que début 2014, le gouvernement a décidé de réduire progressivement les subventions unitaires octroyées au gasoil 50ppm, fixées à 2,15 DH/l au début du premier trimestre 2014 et à 0,8 DH/l à fin 2014. La subvention unitaire (DH/litre) pour le gasoil 50ppm a ainsi été réduite de 54% entre la 1re quinzaine de janvier et la 2e quinzaine de juillet. Les prix de vente sur le marché national ont ainsi augmenté de 13% entre les deux périodes. Une variation supportée donc par le consommateur. Pour ce qui est du super sans-plomb, les dépenses de subventions ont atteint environ 85 millions de DH, représentent la charge supportée pour le mois de janvier étant donné que depuis février 2014, ce carburant n’est plus compensé.

En ce qui est de la compensation du sucre consommé et importé, elle a atteint environ 1,8 milliard de DH à fin juillet 2014, enregistrant ainsi une baisse de 16% comparé à la même période de l’année dernière.

Quant à la restitution du sucre par les sociétés de boissons gazeuses et non gazeuses, elle s’est élevée à 44 millions de DH sur les sept premiers mois de l'année. Rappelons enfin que les prix de vente de sucre n’ont pas connu de changement depuis 2006.