Croissance : le FMI s’aligne sur le gouvernement

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

ACTU-FMI

Des prévisions de croissance pour 2014 et 2015 de l'ordre de 3,5% et 4,7% respectivement pour le Maroc

L’économie nationale a de bonnes perspectives de développement. Et cette fois, il ne s’agit pas de prévisions émises par le gouvernement marocain ou une quelconque institution nationale. Il s’agit des dernières prévisions formulées par le Fonds monétaire international (FMI) qui semble s’aligner  avec celles de l’exécutif, en tous cas pour cette année.

Si Bank Al Maghreb et le HCP prévoient une croissance beaucoup moins optimiste pour cette année, le FMI s’aligne sur prévisions du gouvernement et annonce un taux de croissance de 3,5% pour 2014. « La croissance devrait se ralentir en 2014, la production du secteur agricole non irrigué devant retrouver un niveau normal après la récolte exceptionnelle de 2013 », précise le FMI dans son dernier rapport sur les perspectives de l’économie mondiale. Hormis le secteur agricole, l'accent  est mis sur les résultats enregistrés par les secteurs d'activité économiques, notamment l'amélioration de la production des phosphates, la croissance de la production des industries de transformation et la hausse de 2 points du taux d'utilisation des capacités de production. Le secteur touristique n'est pas en reste, puisqu'il a affiché une progression de 8,8% du nombre des arrivées touristiques, de 9,6% du nombre de nuitées et de 3,6% des recettes touristiques à fin juin 2014. Cependant, il attire l’attention sur la situation dans la région. « Avec la montée des troubles sociaux, plusieurs pays de la région (l’Egypte, la Jordanie, la Libye, le Maroc, la Syrie, la Tunisie et le Yémen) ont connu des perturbations de la production pétrolière et non pétrolière, ainsi que des chocs défavorables sur la confiance, les échanges et le tourisme », tempère le FMI.

La relative embellie de 2015

Un vent d’optimise devrait souffler l’année prochaine. Le FMI table sur 4,7% de croissance en attendant que le projet de loi de Finances voit le jour. L’institution de Bretton Woods souligne qu’au Maroc, l’application de réformes structurelles commence à porter ses fruits, et on prévoit que la croissance s’accélère en 2015. Une hausse de l’investissement privé est attendue à la faveur d’un regain de confiance, d’un gonflent des recettes du tourisme et augmentation des exportations.

Plus optimiste, le Centre marocain de Conjoncture (CMC) prévoit un redressement du cycle des affaires l’année prochaine avec un taux de croissance de 4,9%. Soit 1,2 point de plus que les prévisions du Haut Commissariat au Plan (HCP) annoncées en juin dernier et 0,3 point supplémentaire comparé aux projections de la Banque mondiale. Le CMC table ainsi sur l’amélioration des principaux facteurs agissant sur la dynamique de croissance tant au plan de l’environnement économique interne qu’externe.