Décompensation du gaz : le casse-tête de Benkirane

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
une_vue_du_gaz_pret_a_etre_livre_fileminimizer-660x330 Benkirane est catégorique. S’il y a une hausse du prix du gaz, c’est de sa bouche que les Marocains l’entendront Le Chef du Gouvernement a démenti toute décompensation de la bonbonne de gaz de butane. Abdelillah Benkirane lors du conseil hebdomadaire de l’exécutif a tenu à rappeler  que seule une déclaration officielle de sa part, enclencherait ce processus. La mise au point de Benkirane sur le sujet intervient après que plusieurs rumeurs, quant à la décompensation de ce produit subventionné par l’Etat aient, alimenté le paysage médiatique ces derniers jours. En 2014, la Caisse de compensation a dépensé près de 20 milliards de dirhams pour subventionner les « produits de première nécessité » : 14 milliards de dirhams rien pour le gaz, 3,5 milliards de dirhams pour le sucre et 2 milliards de dirhams pour le blé. Dans le détail, quand vous payez votre bouteille de gaz 44 dirhams (prix constaté à Rabat), l’Etat l’a subventionnée à hauteur de 83 dirhams. Même chose pour le kilo de sucre (2,85 dirhams) ou encore le kilo de farine (1 dirham). Toutefois, même si la décompensation n’est pas à l’ordre du jour, le gouvernement pense déjà à une alternative. Pour Benkirane, cette décompensation aura lieu quand le gouvernement trouvera un moyen pour subventionner directement les pauvres qui ne pourront supporter le différentiel de prix. Si le gouvernement en parle (à demi-mot), c’est qu’il considère que l’essentiel des aides est englouti par les riches, que ce soit les industriels, les hôteliers, les agriculteurs et même les boulangers et seulement une petite partie des subventions va directement aux couches les plus défavorisées. En effet, seul 40% du budget de la compensation, profite aux familles marocaines.