Dakar : L’Innovation dans les pays non exportateurs de matières premières

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couve-dakar

Quelles chances pour les pays non exportateurs des matières premières ? La question préoccupe, depuis toujours, les pays se trouvant à court de potentiel naturel fructueux. Et jusqu’à présent, l’innovation et l’investissement dans le progrès scientifique et technologique semblent constituer la réponse tangible … Une réponse qui mérite, elle-même, une profonde réflexion. Beaucoup de pays donnent l’exemple à suivre : le Japon, la Suisse, la Chine, Corée du Sud …

En Afrique et plus particulièrement au Sénégal, l’on cherche à capitaliser toutes les expériences. Le Mouvement des Entreprises du Sénégal (MEDS) entend s’attaquer à cette piste et pallier le manque de matières premières. Un colloque sera organisé le 16 avril 2014 à Dakar, sur le thème : « Innovation et croissance dans les pays non exportateurs de matières premières: le cas du Sénégal ».

Une réflexion collective et pertinente qui regroupera institutions, économistes, experts, universitaires et acteurs de développement… Une place de choix sera réservée aux perspectives de l’innovation et du progrès technologique dans les performances de l’entreprise et dans les systèmes productifs.

La rencontre sera également une occasion pour identifier les voies et moyens de consolider la voie de l’innovation dans la perspective de l’élaboration et de la mise en œuvre de politiques de développement plus efficaces.

En tant que concept large allant au-delà du progrès technique, l’Innovation est considérée par plusieurs économistes (dont Joseph Schumpeter et Robert Solow, prix Nobel d’Economie) comme un élément fondamental d’une croissance soutenue et durable.

Selon un communiqué du MEDS, l’Afrique affiche, depuis 2000, un taux de croissance moyen annuel de 5,1 %. Ce chiffre, plutôt encourageant dans une période où une grande partie des pays de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques) est frappée par une récession, soulève néanmoins, pour les Etats africains et les  opérateurs économiques, la question de sa soutenabilité et de sa pérennité.