Fissure de la pierre en 2014

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
couv-imobiler Le secteur immobilier national clôture l'année 2014 sur une contre-performance générale. En 2014, le secteur immobilier poursuit le trend baissier des mises en chantier entamé en 2012. Une tendance qui induit systématiquement une baisse de la production générale, ce qui devrait impacter l'activité des opérateurs pour les années à venir. Les indicateurs clés du secteur, à savoir les crédits immobiliers, la vente du ciment ou encore les prix des matériaux de construction confirment clairement cette tendance. Pour le premier indicateur, on notera un resserrement des crédits aux acquéreurs, dont l'encours recule de 6,9% à 64 milliards de DH. Quant à la consommation nationale du ciment, elle accuse au terme de l’année écoulée une baisse annuelle de 5,5% à 14 millions de tonnes écoulées. D’autre part, les prix de certains matériaux de construction se sont renchéris suite à l'augmentation des taxes dans le cadre de la Loi de Finances 2014. Dans ces conditions, les mises en chantier reculent de 8% à 177.300 unités, induisant un repli de la production des logements de 3,3% à 132 600 unités (contre une progression de 2% à fin 2013). Par segment, le logement social à 250.000 DH enregistre une hausse de 7% des mises en chantier à 56 400 unités, contre une régression de 13,3% de la production à 62 850 unités. Pour le segment moyen et haut standing, la production et les mises en chantier diminuent chacun de 5% respectivement à 13 500 unités et à 23 200 habitats, notamment en raison de l'absence de mesures incitatives pour le logement de la classe moyenne. De son côté, l'auto-construction, qui représente 50% de la production globale de logements au Maroc, affiche une baisse de 8,3% de la production à 58 500 unités pour des mises en chantier en recul de 2,1% à 88 300 habitats. Les villas enregistrent, elles, des diminutions de 36% à 1 300 unités achevées et de 42% à 520 unités mises en chantier. On notera enfin un changement des préférences des consommateurs, notamment par une plus forte demande des lots de terrains pour villas