Fitch Rating : Le système bancaire marocain est solide mais…

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
fitch  Bonne résilience des banques marocaines en dépit d'un contexte de montée des risques, profitant principalement de leur solidité financière ainsi que des perspectives d'amélioration de l'économie marocaine en 2015. L'agence de notation internationale Fitch Rating vient de publier une note de recherche sur le secteur bancaire marocain. Dans son analyse, Fitch s’est basée sur le niveau de rentabilité des principales banques de la place, leur solidité financière ainsi que leur niveau d'actifs. Résultat : le système bancaire montre une certaine résilience. En effet, avec des résultats semestriels positifs, une quête de différenciation des métiers réussie et une politique d'expansion internationale davantage dynamique, les Big three (AWB, BCP et BMCE) contribuent à la résistance du secteur. Concernant sa notation, l'agence a maintenu à stables les perspectives de 3 des 4 plus grandes banques marocaines soumises à notation. Ces établissements sont Attijariwafa bank (BB+/Stable), BMCE Bank (BB+/Stable), BMCI (AAA/Stable) et SGMB (AAA/Négative). Cependant, si l'expansion vers l’Afrique présente une niche à exploiter et une importante source de revenus supplémentaires pour les Big three, elle revêt aussi un aspect risque relatif à la volatilité de ces environnements. De même, les réserves de fonds propres constituées par les banques marocaines contre des pertes inattendues sont jugées assez modestes et ce, compte tenu de leurs expositions sur les entreprises domestiques et les PME ainsi que la couverture insuffisante des prêts douteux délivrés en Afrique Subsaharienne. Dans ce cadre, il est précisé que les ratios de capital ont augmenté seulement en raison d'exigences réglementaires plus strictes et que les 3 plus grands établissements bancaires marocains ont à ce titre récemment procédé à des émissions obligataires comprises entre 1 et 1,2 milliard de DH. D’autre part, l'agence de notation considère que la qualité des actifs détenus par les banques marocaines reste modérée comparée aux normes internationales. Pour cause, les entreprises et PME marocaines demeurent vulnérables et qu'elles resteraient sous pression en 2015. Parallèlement, les liquidités ont été qualifiées comme étant plus ou moins tendues mais restent supportables. Le soutien de Bank Al Maghrib n’est pas à négliger dans ce sens. Enfin, « les banques marocaines devraient bénéficier de l'impact positif de la hausse prévue du PIB non agricole en 2015 », précise-t-on auprès de Fitch.