GES 2014 : Innover pour mieux entreprendre

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
couv-ges-bensalh Pour entreprendre, l’innovation est de mise. Cependant, l’accès au financement n’est pas le seul défi à relever. Soutenir l'innovation et l'esprit de l'entreprise dans la région de l'Afrique du Nord et du Moyen Orient (MENA) est désormais plus qu’une nécessité. Mais comment ? Les professionnels et spécialistes du monde des affaires réunis dans le cadre du 5ème Sommet global de l'entreprenariat assurent cependant que ce ne sont pas les moyens financiers qui manquent. Lors d'une séance plénière sur « innovation, technologie et entreprenariat : les tendances pour une croissance inclusive », les leaders mondiaux ont mis l'accent sur l'importance de promouvoir des innovations à même de créer les conditions pour encourager les entrepreneurs à transformer leurs idées en entreprises génératrices d'emplois. Meriem Bensalah Chaqroun, présidente de la CGEM, a insisté sur l'importance de focaliser d'abord les initiatives sur les étapes préliminaires de conception de projets, qui commencent dès l'émergence de l'idée. « Le développement global implique l'intégration des jeunes et des femmes dans le cycle économique, d'où l'impératif de développer des mécanismes innovants en faveur des porteurs de projets », explique Bensalah. La Patronne des patrons a mis en avant les efforts du Maroc en matière d'appui à l'esprit d'entreprise, exhortant ceux qui ont réussi à partager leurs expériences et contribuer à l'orientation et au conseil de la nouvelle génération des entrepreneurs. C’est dans ce sens que la CGEM prend les devants et lance l'initiative afin de créer une structure qui œuvre à encourager les projets créatifs et innovants. [do_widget "AdRotate"] Prenant part également à ce panel, Fathallah Sijilmassi, secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée (UpM) a fait état d'opportunités énormes qu'offre la région méditerranéenne aux entrepreneurs. Il a également insisté sur l'impératif de favoriser l'accès des porteurs de projets aux financements publics et privés pour résoudre la problématique du chômage. Pour lui « les gouvernements de la région devraient prendre des mesures incitatives pour encourager la création d'entreprises en adéquation avec les besoins de développement des économies locales ». Pour sa part, Tarik Yousef, PDG de la société qatarie Silatech, a plaidé pour la mise en place de politiques à même de garantir un climat propice aux développements des affaires, en particulier des initiatives ayant un impact social, notant que gouvernements, sociétés, ONG et donateurs sont tous appelés à contribuer à la concrétisation du développement durable en investissant dans la jeunesse de région. Daphne Koller, présidente et co-fondatrice de la compagnie américaine "Coursera", a souligné que l'enseignement est la pierre angulaire dans la création de compétences nécessaires pour l'innovation et l'inventivité, d'autant plus que l'expérience a montré que "la création nourrit la création", comme il a été prouvé dans nombre de pays, en particulier dans la Sillicon Valley.