HCP : L’érosion de la confiance des ménages s’amplifie

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couverture-eurovision

L’érosion de la confiance des ménages s’amplifie. Leur perception relative à l’évolution future de niveau de vie se dégrade.  Elles anticipent une hausse du nombre de chômeurs et des prix des produits alimentaires et se montrent pessimistes quant à leurs capacités à épargner. C’est ce qui ressort des résultats de l’enquête permanente de conjoncture auprès des ménages, menée par le HCP.

Ces résultats montrent que l’Indice de Confiance des Ménages (ICM) aura enregistré,  au cours du premier trimestre de 2014, une baisse de 1,7 point par rapport à son niveau du premier trimestre de l’année 2013 et une quasi stagnation par rapport au quatrième trimestre de 2013.

 L'ICM s’établit à 74,1 points au premier trimestre 2014 contre 74,2 points contre 75,8 points le même trimestre de l’année passée et  74,2 points un trimestre auparavant. Cette évolution de l’ICM est le résultat des variations de ses différentes composantes.

Quant à la perception de l’évolution future, les ménages marocains, représentés par un échantillon très représentatif, se montrent très pessimistes. Le gouvernement de Abdalilah Benkirane se trouve confronté aux résultats de ses politiques et l’incompétence de ses ministres qui ne suscitent pas beaucoup la confiance chez les citoyens. Son marketing, fondé sur les joutes oratoires du chef du gouvernement et de ses députés a beaucoup perdu de sa magie. Les résultats d’un sondage réalisé pour le journal « l’économiste » l’ont déjà confirmé.

Ainsi, les perceptions des ménages relatives à l’évolution future de niveau de vie se sont dégradées. Le solde synthétisant de cet indicateur enregistre une baisse de 6,3 points par rapport à la même période de 2013.  77,4% des ménages anticipent une hausse du nombre de chômeurs pour les 12 mois à venir contre 72,4% un an auparavant. Le solde de cet indicateur qui s’établissait à un niveau négatif de -69,1 points enregistre une baisse de 0,9 point par rapport au trimestre précédent et de 7,4 points par rapport à la même période de 2013. Près de 54% des ménages marocains considèrent, au premier trimestre de 2014, que le moment n’est pas opportun pour faire des achats de biens durables alors que 22,3%  seulement pensent le contraire. Avec -31,3 points, le solde relatif à cet indicateur enregistre  une détérioration par rapport au même trimestre de l’année précédente de -3 points.  Le solde de l’indicateur relatif à la situation financière actuelle des ménages s’établit à un niveau négatif de -31,3 points, en détérioration de 1,5 % par rapport au même trimestre de 2013. Quant à l’évolution passée de leur situation financière personnelle, les opinions des ménages, au premier trimestre de 2014, se sont détériorées de 1,7 point par rapport à la même période de 2013. Les perceptions des ménages sur l’évolution future de leur situation financière personnelle, marquent une dégradation, le solde correspondant a enregistré  une baisse de 3,3 points par rapport au premier trimestre de 2013.

 En plus des sept indicateurs composant l’ICM, l’enquête fournit des données trimestrielles sur les perceptions des ménages relatives à d’autres aspects de leurs conditions de vie.  Selon ces données, les ménages sont toujours pessimistes quant à leurs capacités à épargner dans les mois à venir. Au premier trimestre de 2014, près de huit ménages sur dix (83,3%) pensent ne pas pouvoir épargner au cours des 12 prochains mois contre 16,7% qui pensent le contraire. Le solde de cet indicateur se situe, ainsi, à un niveau négatif de -66,6 points enregistrant une quasi stagnation par rapport au trimestre précédent et une amélioration de 0,4 point par rapport à la même période de 2013.

 Quant aux perspectives d’évolution des prix des produits alimentaires, plus de trois ménages sur quatre (78,6%) pensent que ces prix continueront à augmenter dans le futur contre 77% au quatrième trimestre de 2013 et 78% au premier trimestre de 2013.  Le solde  relatif aux perspectives d’évolution de ces prix s’est détérioré de 1,6 point et de 1,5 point durant ces deux périodes respectives.