IPO: la bourse ne séduit toujours pas

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
bours Seulement 2 nouvelles introductions en bourse devraient être opérées au cours de cette année. Un chiffre bien faible compte tenu des ambitions du marché casablancais. Après un léger redressement observé en 2014, le MASI, l’indice de toutes les valeurs à la Bourse de Casablanca, devrait continuer à surfer sur la vague de la reprise en 2015. Les signaux verts ont déjà été donnés par le marché. Ce sont au moins deux introductions en bourse qui sont attendues au cours de cette année. Il s’agit vraisemblablement de Total Maroc et Marsa Maroc qui devraient faire leur premiers pas à la cote casablancaise. Cependant, ce nombre reste très faible par rapport aux attentes des professionnels. En effet, les analystes jugent que la Bourse de Casablanca n’est pas très représentative de l’économie nationale. Les introductions en bourse se font de plus en plus rares alors que si l’on a à comparer avec d’autres places financières de la région, Casablanca est loin du compte. A titre de comparaison, la bourse du Caire devrait accueillir 1O introductions en bourse rien que pour la première partie de cette année.  En effet, le Président du conseil d’administration de l’Egyptian Exchange (EGX), Mohamed Omran, a annoncé que ce chiffre fait suite à la cotation de 13 nouvelles entreprises en 2014 sur le principal marché de l’EGX et sur Nile Stock Exchange (NILEX), le marché dédié aux petites et moyennes entreprises. «J’attends un grand bond dans les réalisations du marché durant l’année prochaine », a ajouté Mohamed Omran. Il est à rappeler que la place casablancaise a connu une seule introduction au cours de l’année écoulée. 40 introductions seulement depuis 2001 Entre 2001 et 2014, la Bourse de Casablanca a enregistré 40 introductions, pour un montant levé avoisinant les 28 milliards de DH. Les années 2006 et 2007 resteront mémorables puisqu’elles comptabilisent à elles seules 20 opérations. Depuis 2008, le marché a connu un ralentissement notable, en terme de nouvelles cotations. Les opérateurs du marché s’accordent tous sur la nécessité de la mise en place d’un marché dédié aux PME, vu que ces dernières représentent plus de 95% du tissu économique marocain. Côté investisseurs, la mise en place de nouveaux produits devrait permettre de relancer la liquidité du marché et répondre aux besoins des différents profils d’investisseurs. Ceci est d’autant plus urgent puisque la Bourse de Casablanca est un pilier important du projet de concrétisation d’un hub régional financier.

lire aussi