Indice de liberté économique : Le Maroc « modérément libre »

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
couv-ECO Le Maroc passe de « quasiment non libre » à « modérément libre » en un an. Selon le dernier indice de liberté économique publié par la fondation HERITAGE, le Maroc se hisse à la 89ème position (sur 178 pays concernés) avec un score de 60,1, en amélioration de 1,8 points par rapport à 2014, se positionnant ainsi de nouveau dans la catégorie des pays «modérément libre», après deux ans d'absence. Cette progression remarquable est attribuable principalement aux efforts fournis par le royaume notamment en matière de lutte contre la corruption, de liberté de commerce, de travail et de liberté monétaire. Ce rebond enregistré pour ces 5 critères a pu compenser les baisses accusées dans la gestion des dépenses publiques et la liberté d'entreprise. En revanche, le Maroc perd deux places face aux 15 pays de la zone MENA et se positionne ainsi à la 9ème place. Notons que, dans sa globalité, l’indice en question est dominé par Hong Kong et Singapour. Cet indice est déterminé à partir de dix critères regroupés en quatre catégories à savoir  l'autorité de la loi les limites du gouvernement l'efficacité de la réglementation l'ouverture des marchés. Pour 2015, l'économie marocaine bénéficie d'un certain optimisme tant de la part du gouvernement que des instances internationales, profitant des avancées ambitieuses en terme de gouvernance et d'amélioration du climat des affaires. En effet, c’est l’année de plusieurs avancées selon la loi de Finances qui a mis en place, entre autre, une assurance chômage et un fonds de développement industriel doté de plus de 2 milliards de dirhams. Parallèlement, « la proximité avec l'Europe et un accord de libre-échange avec les États-Unis ont contribué à établir une fondation pour une croissance économique dynamique. L'ouverture au commerce mondial et l'investissement a facilité le développement d'un secteur financier moderne et compétitif. La politique budgétaire relativement prudente a encouragé une plus grande stabilité macroéconomique et la réforme structurelle », commente les auteurs de l’indice de liberté économique.