L’économie marocaine sort la tête de l’eau

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
couv-economie Le Maroc semble s’acheminer sur le moyen terme vers un modèle de croissance fort et durable. L’économie marocaine entame l’année 2015 sous de bons auspices. L’analyse de la situation économique laisse montrer des indicateurs en vert au cours des premiers mois de cette année. C’était du moins prévisible, l’économie marocaine sort petit à petit d’un cycle baissier entamé depuis 2010. Au plan du commerce extérieur, le déficit commercial s’est nettement allégé de 5,3 milliards de DH au mois de janvier 2015 pour se chiffrer à 11,5 milliards de DH, rehaussant ainsi le taux de couverture commerciale de 10,9 points à 57,8%. L’analyse par composante renseigne également sur un changement structurel dans la nature des produits aussi bien importés qu’exportés. Au registre des importations, la baisse a concerné particulièrement les produits énergétiques (effet recul des prix à l’international), les produits alimentaires (recul des approvisionnements en blé) et, dans une moindre mesure, les produits finis de consommation. Pour leur part, les importations de biens d’équipement se sont appréciées, attestant de la consolidation de l’effort d’investissement de l’entreprise marocaine. L’appréciation des produits exportés, quant à eux, reflète la montée en puissance des nouveaux métiers de l’industrie marocaine. Ainsi, la branche automobile continue de s’apprécier tirant vers le haut les exportations globales de biens, avec une contribution de 2,5 points à la croissance des exportations. L’agro-alimentaire y contribue également avec une hausse de 5,5%, moyennant une contribution à la croissance de 1,2 point. Soulignons aussi la reprise des exportations de textile & cuir avec une hausse de 10,3%, soit une contribution de 1,8 point. Reflétant en partie la hausse des exportations, les réserves internationales nettes ressortent également en amélioration de 21,4% à 182,8 milliards de DH, représentant plus de 5 mois d’importations de biens. L’économie marocaine entame aussi l’année 2015 sur une nette amélioration de la situation des finances publiques. Celle-ci fait ressortir pour le mois de janvier 2015 un excédent budgétaire de près de 5,2 milliards de DH. Un résultat consécutif aux efforts menés par l’Etat, notamment au niveau des dépenses de compensation et à l’appréciation des recettes non fiscales. L’amélioration des indicateurs conjoncturels s’accompagne aussi par une évolution soutenue des crédits bancaires (+4,5% d’encours en janvier 2015, en glissement annuel, à 755,2 milliards de DH) et d’une poursuite de la maîtrise de l’évolution des prix (1,6% au mois de janvier 2015, en variation annuelle). L’économie marocaine entame une nouvelle trajectoire Au vu des évolutions conjoncturelles récentes, le Maroc semble s’acheminer sur le moyen terme vers un modèle de croissance fort et durable. Les conclusions des analystes d’Upline Group font ressortir un modèle économique marocain basé davantage sur les exportations industrielles et sur l’investissement. Cette bonne appréciation de l’économie marocaine a d’ailleurs été réaffirmée par le FMI dans sa dernière évaluation. Le Fonds s’attend ainsi à une croissance économique comprise entre 5% et 5,5% sur le moyen terme. Parallèlement à cette nouvelle trajectoire de croissance attendue, l’assainissement des déséquilibres macro- économiques serait poursuivi. Ainsi, le déficit budgétaire continuera à se rétrécir. Il est attendu autour de 3% du PIB à horizon 2017. Cette réduction du déficit budgétaire devrait être obtenue particulièrement par un meilleur contrôle sur les dépenses, tout en donnant la priorité à l'investissement dans les infrastructures. S’agissant de la balance courante, son déficit serait progressivement réduit à la faveur notamment d’une plus grande diversification des produits exportés. En somme, des évolutions positives qui se traduiraient par une réduction du poids de la dette publique à 63% du PIB à horizon 2017.