La dette extérieure du Maroc a atteint le record de 30 milliards de dollars sous le gouvernement Benkirane

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-bousaid

Le gouvernement continue à impressionner par sa capacité à battre des records. La dernière réalisation a été annoncée par le ministère de l'économie et des finances.

Selon les données de la direction du trésor et des fiances extérieures (DTFE), le stock de la dette extérieure publique (l'encours) à fin juin 2014 s’est établi à 262,3 milliards de DH (contre 234,7 milliards de DH à fin 2013), soit l'équivalent de 30 milliards de dollars américains. En d’autres termes, la dette extérieure a augmenté en 6 mois de 27,5 milliards de DH, soit plus de 3 milliards de dollars, (17,7 milliards de DH pour les Entreprises et Établissements Publics (EEP) et 9,8 milliards de DH pour le Trésor).

Le gouvernement, qui a l'obligation de publier ces chiffres conformément aux engagements pris pour adhérer à la Norme Spéciale de la Diffusion des Données (NSDD) du FMI, ne les a publiés qu'en monnaie nationale (Dirhams).

La dette extérieure du trésor représente 53,2 % du total, alors que la dette extérieure des EEP représente 46,4 %, le reliquat, soit 0,4 %, revient aux banques et aux collectivités locales.

46,6 % de la dette extérieure du Maroc est contracté auprès des organismes de financement multilatéraux (groupe Banque Mondiale, Banque Africaine de développement, BEI, Fonds Arabes, Banque Islamique, etc.), 29,1 % provient de la coopération bilatérale avec les Etats, non compris les dons qui ne sont pas remboursables, et 25,3 % constitué de dette privée due aux banques.

Ce sont donc 262 milliards de DH de dette extérieure qui s’ajoutent à celle intérieure, (422,4 milliards de DH à fin août 2014 selon la TGR), portant ainsi l’endettement global du pays à plus de 63 % du PIB.

L’euro, toujours favori

70,2 % de la dette extérieure du Maroc est contracté en euros, un pourcentage qui s'approche au poids de l'Euro dans le panier des devises adopté pour la détermination de la valeur de la monnaie nationale depuis le début du nouveau millénaire marquant le retour à l'arrimage à une monnaie prépondérante dans les échanges du pays, 16,7 % en dollars et 13,1 % en d'autres monnaies. 77,3 % de cette dette est contractée à un taux fixe et 22,7 % à un taux variable.

Le fait que la majorité de la dette extérieure du Maroc soit contractée à un taux fixe est sécurisant contre les variations des taux dans un environnement caractérisé par l'instabilité financière et les risques. Toutefois, le risque de change demeure élevé et difficilement maîtrisable. Le retour à l'Euro lors des deux dernières sorties sur le marché international du trésor et de l'OCP, après un emprunt en dollar l'année dernière, part non seulement d'une volonté de se sécuriser contre les risques de change mais également d'une prévision de dépréciation de l'Euro face au Dollar.

Les données publiées par la DTFE nous informent également que les tirages sur les emprunts extérieurs publics se sont intensifiés, leur volume à fin juin 2014 a atteint 31,8 milliards DH, dont 19,7 milliards DH dans le cadre de l’effort d’investissement des EEP et 12,1 milliards DH pour le Trésor.