La réforme du Crédit Populaire reçoit le feu vert des représentants

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
couv-bcp Le nouveau statut de la banque devrait renforcer  son assise financière ainsi qu'à consolider son caractère mutualiste et coopératif. La Chambre des représentants a approuvé à la  majorité, vendredi lors d'une séance plénière, le projet de loi n 77.14  modifiant et complétant la loi 12.96 portant réforme du Crédit Populaire du  Maroc, avec 130 voix pour et 79 contre. Le projet de loi vise à renforcer les efforts visant à améliorer la capacité  d'épargne du Crédit Populaire du Maroc et sa transformation en concours à  l'économie, que ce soit à l'échelle locale, régionale ou nationale, à renforcer  son assise financière par l'amélioration constante et soutenue de ses fonds  propres, ainsi qu'à consolider son caractère mutualiste et coopératif. En présentant les grandes lignes du projet de loi, le ministre délégué chargé du Budget, Driss El Azami El Idrissi a mis l'accent sur trois points à  savoir "le contrôle mutuel du capital de la  Banque Centrale Populaire et des  Banques populaires régionales", "l'amélioration de la gouvernance du Crédit  Populaire du Maroc" et "la simplification de la loi à travers l'abrogation des  dispositions transitoires qui ne sont plus en vigueur". Il a, par la même occasion, souligné que ce projet est initié en harmonie  avec le désengagement de l'Etat du capital de la Banque Centrale Populaire, ce  qui implique un réexamen d'une série de dispositions liées à la participation  de l'Etat au capital de cette Banque. Le projet de loi ambitionne d'améliorer la gouvernance du Crédit Populaire  du Maroc, et accorde à son comité administratif un rôle central, en lui  attribuant de nouvelles prérogatives visant essentiellement à garantir le  financement nécessaire pour le fonctionnement du Fonds de soutien du Crédit  Populaire du Maroc, l'approbation du statut modèle des banques populaires  régionales, ainsi que celui de la Banque Centrale populaire. Il prévoit également l'abrogation des dispositions transitoires qui ont été  initialement conçues, pour que la loi 12-96 en vigueur respecte les  principes de la gouvernance et la réalisation des opérations détaillées.