Le “made by China in Morocco” de Meriem Bensaleh

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
couvbensalh-meryam  La présidente de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc a appellé à un "Made by China in Morroco", lors du Forum d'Affaires maroco-chinois Alors que le Forum économique s’est tenu à Pékin, ce vendredi 28 novembre, sous le thème « perspectives prometteuses pour un excellent partenariat stratégique », plus de 150 entrepreneurs marocains et 550 investisseurs des deux pays y ont pris part. Pour clôturer cette messe économique, le Maroc et la Chine ont signé, près de trente conventions et de mémorandums de coopération touchant plusieurs domaines. Meriem Bensaleh, présidente de la CGEM, a saisi l’occasion en plaidant pour un « Made by China in Morroco ». C’est dans ce sens qu’elle a déclaré que le Made in China « est déjà ancré dans notre économie. En revanche, nous voulons aussi découvrir le Made by China in Morroco ». La patronne des patrons explique alors que le Maroc a toujours été ouvert aux investissements et aux projets qui lui sont aussi favorables qu’à la Chine, et qui sont aptes à apporter une valeur ajoutée et à créer de nouvelles opportunités d’emploi au royaume. Bensaleh regrette néanmoins le nombre étonnement faible d’investissements chinois au Maroc. Elle explique que la Chine a investit 75milliards de dollars, en 2014, dans le monde, dont 11 milliards en Afrique et seulement 160 millions au Maroc, un montant dérisoire, sachant que seule une trentaine d’entrepreneurs chinois opèrent au royaume, alors que les domaines sont aussi divers que les opportunités d’investissement au Maroc. Meriem Bensaleh, a également rappelé que le royaume marocain est visionnaire sur le plan économique grâce à la volonté et à l’intérêt portés par le souverain marocain au secteur, une vision qui se concrétise à travers des « stratégies sectorielles très ambitieuses ». Lesquelles ont faites du pays « un véritable hub économique, au carrefour des voies maritimes et commerciales », ainsi qu’ « une terre d'avenir économique ». Le royaume « s'affirme, en effet, de plus en plus comme un pays d'exception sur le continent africain et un modèle économique réussi », a-t-elle conclu.