Le Maroc accueille le 9e Forum pour le Développement en Afrique

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-forum-developement

Marrakech abrite le neuvième Forum pour le Développement en Afrique. L’occasion de repenser la gestion des ressources et des besoins du continent

Le neuvième Forum pour le Développement en Afrique (ADF-IX) se tient du 12 au 16 octobre au Maroc. C’est pour la première fois que le rendez-vous a lieu en dehors d’Addis-Abeba. Le thème des travaux de cette année tourne autour « des financements innovants pour la transformation de l’Afrique ». A cette occasion, les pays du continent sont appelés à se réunir et réfléchir autour de la réorientation de leurs investissements en faveur d’une économie réelle. Générer des projets allant dans ce sens permettra en effet de propulser l’Afrique au rang de continent émergent. La condition des ressources y est favorable, mais les dysfonctionnements demeurent au niveau de la gouvernance et de l’élaboration de stratégies viables en la matière. C’est pourquoi les décideurs des pays africains se rassemblent lors de ce Forum, pour proposer de nouvelles solutions, compte tenu du « rôle de la finance dans la réalisation du programme de transformation structurelle, basé sur des initiatives de développement proprement africaines et conduites sous l’impulsion de l’Afrique ».

Lors de l’ouverture des travaux, le secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), Carlos Lopes, a précisé que « le Forum cherche à améliorer la capacité de l’Afrique à explorer les mécanismes du financement novateur, en tant que véritables alternatives pour le financement du développement en Afrique ». Cinq grandes thématiques sont au cœur de ce débat. Elles sont liées à la mobilisation des ressources nationales, aux nouvelles formes de partenariats, aux questions de financement liées au climat, aux capitaux privés et aux mouvements financiers illicites.

La création d’une économie réelle passe d’abord par l’identification des dérèglements financiers qui impactent les économies en Afrique. Le conseiller spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la politique de coopération interrégionale, Juan Somavia, a affirmé dans ce sens que la crise de 2008 avait montré les limites du modèle économique suivi par le monde, ces trente dernières années. Ce système financier est aujourd’hui remis en question, puisqu’il donne de moins en moins de garanties sur la capacité d’autorégulation au niveau des marchés. C’est un système qui restreint donc les prérogatives des Etats et des gouvernements dans la régulation financière. Pour faire face à la dérégulation financière, les dirigeants africains sont donc appelés à concentrer leurs efforts et leurs actions sur la favorisation des flux d’investissements au profit des PME.

Les petites et moyennes entreprises représentent en effet la plus large partie du tissu économique dans les pays d’Afrique. Mais restant en marge de l’évolution des modèles financiers et n’ayant aucun bouclier face à la dérégulation, elles restent encore en dehors des stratégies politiques. Ainsi, la plate-forme de l’ADF-IX permettra de donner des propositions d’outils pour assurer la croissance et la création d’emplois, dans une logique distribution des richesses plus équitable à travers l’Afrique. En clôture des travaux du Forum le 16 octobre, des stratégies concrètes devront être proposées par les participants.