Le notariat contemporain : une priorité pour le développement de l’Afrique

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
couv-notariat Le 26ème congrès des notaires d’Afrique organisé à Fès se voit comme une occasion de revenir sur le rôle du notariat contemporain considéré comme un véritable enjeu de société. En notariat c’est la fonction qui justifie l’organe. «La fonction, c’est celle de pré-constitution de la preuve d’un droit, parce qu’un droit n’existe que si l’on peut le prouver et que l’écrit authentique se trouve lacé au sommet de la hiérarchie des instruments de preuve, dans notre système de droit continental» explique Me Daniel Sedar Senghor, président de l’Union internationale du notariat. Aujourd’hui, l’objectif c’est la prévention du conflit de la pacification des relations sociétales, au moyen d’un instrument qui constitue un véritable partenariat public et privé. C’est ce statut mixte, d’officier public nommé et contrôlé par l’Etat et de professionnel libéral, exerçant à titre privé qui en fait un relais entre les sphères publique et privée, entre l’Etat et les citoyens. Maintenant, il se doit d’observer une impartialité absolue dans son activité, de respecter une stricte déontologie, d’assurer la sécurité juridique des activités pour lesquelles il dresse des actes authentiques et répondre avec compétence et probité à la demande croissante de conseils et des usagers du droit. «Des sanctions disciplinaires strictes doivent être prévues par les textes, pour prévenir et réprimer les éventuels manquements» explique le président. Ajoutant que les notaires sont avant tout des citoyens qui doivent s’engager dans tous les enjeux de la société, singulièrement au regard du fort taux d’analphabétisme récurent dans un continent où il existe encore un très grand déficit dans l’accès au droit. «C’est la fonction première du Notariat que de se faire l’instrument de mise en œuvre et au moindre coût, d’une politique de justice de proximité par le maillage du territoire et d’accès au «droit au droit». « S’il est confirmé que la population du continent va doubler au cours des 30 années à venir, pour lesquelles on nous prédit un taux de croissance moyen supérieur de 5% l’an, vous comprendrez que les perspectives d’expansion sont les plus importantes de la planète.Cela explique le regain d’intérêt dont l’Afrique fait l’objet» tranche Me Daniel. Il s’agit maintenant d’une opportunité historique qui est offerte à l’Afrique, mais qui n’a pas de sens que dans un engagement collectif par l’implication de tout le monde dans les chantiers entrepris.