Logorrhée gouvernementale

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-elkhelfi

Khalfi : Le gouvernement refuse que le pouvoir d'achat du citoyen soit affecté. La schizophrénie PJDiste n’a donc pas de bornes

Le ministre de la Communication, Mustapha Khalfi, a déclaré, en marge de la réunion du Conseil du Gouvernement qui s’est tenue jeudi 16 Octobre, que le gouvernement refuse que le pouvoir d'achat du citoyen soit bafoué et encore moins quand il est question d'un produit aussi indispensable que le pain.

Lors d’une déclaration à la presse, Khalfi a affirmé que le gouvernement « ne peut accepter que l'on porte atteinte au pouvoir d'achat du citoyen s'agissant d'un produit vital comme le pain, d'autant plus que cette question est régie par la Loi ». Le ministre de la communication n’a pas manqué de souligner que le ministre des Affaires générales et de la Gouvernance a déclaré explicitement, « le rejet par le gouvernement de toute hausse du prix du pain ».

Un discours logorrhéique à peine voilé. La bouche pâteuse, les PJDistes semblent oublier que la hausse des prix du pain et de la farine est le résultat inéluctable d’une hausse des prix du gasoil et du carburant, une hausse générée par leur gouvernement, un véritable château de cartes. Rappelons, « L'indexation, concernant uniquement le super carburant, le gasoil et le fuel industriel, est limitée dans la mesure où elle n'affectera pas les prix des autres produits de base comme le butane, le sucre et la farine », promettait dans une déclaration à l'agence marocaine MAP le ministre en charge du secteur, Azami El Idrissi. Une promesse dont on voit déjà pointer les limites. Avertissant les boulangers qu’une hausse des prix serait sanctionnée, ceux qui prétendent, bon gré mal gré, défendre l’intérêt général, se réservent le luxe de le piétiner.

Pour rappel, la réponse du gouvernement au président de la fédération des boulangers Houcine Zaz qui avait annoncé que les boulangeries augmenteraient le prix du pain de 20 centimes à partir du 20 octobre 2014. En effet, si les boulangers augmentent le prix du pain sans l’accord du gouvernement, ils risqueront d’être sanctionnés et leurs boulangeries seront fermées.