Mauvais temps chez les cheminots

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

actu-phosphatetrain2

Au terme du premier semestre 2014, l'ONCF affiche des réalisations financières semestrielles mitigées. La situation risque d’empirer pour les mois à venir

A fin juin, l'opérateur national du transport ferroviaire affiche des résultats financiers mitigés, impactés principalement par l'alourdissement des charges d'exploitation combiné à la non récurrence de produits exceptionnels.

En effet, le chiffre d'affaires consolidé s’établit à 2,3 milliards de DH au terme de la première partie de cette année. Il affiche une hausse de 8% comparativement à la même période une année auparavant.

En termes d’exploitation, le résultat recule de 9,3% 324,6 millions de DH suite à l'alourdissement des charges opératoires (+6,1%), conjugué à la baisse des autres produits de 29%. De son côté, le résultat financier creuse son déficit à -366,8 millions de DH contre -319,9 au 30 juin 2013.

En conséquence, le résultat net part du Groupe affiche des pertes de -45,3 millions de DH contre des bénéfices de 71,7 millions l’année dernière.

Le pipeline de la discorde

L’autre mauvaise nouvelle, à laquelle devrait faire face l’office et qui risque de peser lourd sur sa performance, n’est autre que le lancement en début de ce mois du « Slurry Pipeline » de l’OCP. Une bonne nouvelle pour le groupe phosphatier qui devrait justement maitriser ses coûts de transport mais pas autant pour l’ONCF qui pourrait perdre gros. Le calcul est vite fait : le coût d’acheminement de la tonne de phosphate de Khouribga à Jorf Lasfar par voie ferrée coûte 9 dollars, contre seulement un dollar via pipeline. En 2013, le trafic de phosphates a atteint un volume de 27,7 millions de tonnes pour un montant de 1,75 milliard de DH. L’impact est assez conséquent puisque c’est l’équivalent de presque la moitié du chiffre d’affaires de l’ONCF (46,05%).

A noter que la relation entre l’ONCF et l’OCP n’est tout de même récente. L’ONCF est l’unique transporteur de phosphates et ce depuis 1963.