Plan d’accélération industrielle : L’ambitieux programme d’Elalamy

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-moulay-hfid-elalamyQuidma

Lancé en avril dernier, le Plan d’accélération industrielle s’avère très ambitieux. Point d’étape du ministre de tutelle auprès de la CGEM.

Les PME marocaines bénéficieront désormais du mécanisme de compensation industrielle. C'est décidément la mesure phare annoncée par Moulay Hafid ElAlamy, ministre de l’Industrie et du Commerce devant le patronat. Une disposition tant attendue par les professionnels.

Toutefois, les modalités d’application de cette mesure, les marchés publics concernés ainsi que le seuil de déclenchement restent à définir.

Le ministre a également confirmé la mise en place d'un Fonds de développement industriel (FDI) dans le Projet de loi de finances 2015. Cette enveloppe de subventions sera vouée à soutenir le «Plan d’accélération industrielle » annoncé par le ministre en avril dernier lors des Assises de l'industrie.

A cet égard, cinq "contrats de performance" sont en route dans l'industrie automobile et menés avec la fédération du secteur, l'Amica. Ceux-ci seront signés le 29 octobre lors de l'Automotive Meetings Tangier. Ils concernent les secteurs du câblage, des intérieurs de véhicules, des batteries et de l'emboutissage,

Objectif : Doper la valeur ajoutée du secteur automobile jugée encore faible, car très dépendante notamment du secteur du câblage (65% de l'emploi automobile). Il s'agit aussi de porter le taux d’intégration locale, essentiellement chez Renault Tanger de 45% actuellement à 65% et permettre la création de 90.000 emplois nets d’ici 2020.

Les ambitions du ministre pour le secteur automobile ne s’arrêtent pas là. Il veut développer des éco-systèmes ou clusters dans l’électronique, les châssis ou les moteurs. Sans parler de ceux lancés, ou en projet, dans d'autres domaines par exemple autour du fleuron de l’économie nationale le groupe OCP ou dans le secteur du textile. Par ailleurs, des études d'opportunité sont en cours dans les secteurs tels que la pharmacie, l'aéronautique, la construction navale (plutôt une nouveauté), l'électronique, l'agro-alimentaire ou encore le ciment.

L’Objectif d’ElAlamy à fin 2014 est d’atteindre 250.000 engagements contractualisés de créations d’emplois dans l'industrie. Chiffre très ambitieux car l'emploi industriel a stagné au Maroc ces dernières années et la croissance, actuelle autour de 2,5% est faible pour les standards nationaux.

Autre confirmation : la mise en place d'un parc industriel en location, à l'initiative des pouvoirs publics. D’une superficie de 143 ha, celui-ci sera localisé à Médiouna, près de Casablanca.