Sociétés cotées : Le diktat du marché

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
bourse La Bourse de Casablanca sanctionne Centrale Laitière et BMCI suite à leurs mauvaises performances au titre de l’année 2014. Centrale Laitière et le groupe BMCI, filiales respectives des groupes français Danone et BNP Paribas, ont toutes les deux été sanctionnées par le marché boursier casablancais, à la suite de la publication de résultats peu satisfaisants pour le compte de l'exercice 2014. Les deux groupes ont vu la valeur unitaire de leurs titres respectifs, perdre plus de 5% au cours du dernier jour d'activités boursières de la semaine. Centrale Laitière termine sur une baisse de 5,6% et figure sur le top 5 des plus fortes baisses. BMCI n'est pas arrivée à faire mieux et a reculé de 5,4% au terme de la journée, avec pour elle aussi, une forte prédominance des ordres de vente. Cette contreperformance boursière vient enfoncer les deux entreprises sur la Bourse de Casablanca, où elles ont déjà perdu 23,7% (pour Centrale laitière) et 7,31% (pour BMCI), depuis le premier janvier 2015. Pour l'exercice 2014, Centrale Laitière a posté des performances financières décevantes. Son résultat net d pour l’exercice étant en baisse de 83,4% à 41 millions de DH, ses dirigeants ont décidé de ne pas distribuer de dividende, ce qui met encore plus en difficulté ses petits porteurs. Quant à BMCI, malgré un produit net bancaire en hausse, son résultat net de groupe a été de 364,4 millions de DH, en baisse comparé aux 640 millions de DH dégagés au terme de l'année 2013. Pâtissant vraisemblablement de l'aggravation de 67% du coût du risque à 982 millions de DH, le résultat net consolidé du Groupe BMCI s'effrite de 43,1% à 364,4 millions de DH.  Dans ces conditions, le Conseil de Surveillance du groupe BMCI compte proposer à l'Assemblé Générale du 28 mai 2015 un dividende de 30 DH, identique à celui de l'année précédente. La banque envisage pour 2015 de repartir à la conquête de la clientèle, mais il faudra pour cela surmonter des conditions de conjoncture qui n'ont pas beaucoup évolué et qui, de son avis, ont impacté ses performances au cours de l'année de référence.