Sucre : Bonne campagne 2013-2014

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

cosumar Quidma

La filière sucrière affiche une bonne moisson cette année avec 478.000 tonnes, tirée par une surproduction de la betterave. Le taux de couverture des besoins nationaux passe à 39%

D’après Cosumar, l’unique producteur de sucre au Maroc, la production de la campagne sucrière 2013-2014 est en hausse de 32% par rapport à la campagne précédente, et s'établit à 478.000 tonnes. De facto, cette production permettra de diminuer sensiblement les importations en sucre brut et ramènera le taux de couverture des besoins nationaux passe à 39% (contre 29% en 2012-2013). La bonne moisson sucrière de cette année revient essentiellement à la production de betteraves qui a atteint 3,2 millions de tonnes. Un chiffre en hausse 51% par rapport à la saison précédente. «La bonne campagne de cette année est due à des conditions climatiques favorables conjuguées aux efforts d'investissements pour le développement de la filière réalisés par l’industriel », explique Cosumar. Cependant, il fait remarquer que la flambée du prix du fuel de plus de 60% compromet la poursuite des investissements et la pérennité de la filière betteravière, grosse consommatrice d'énergie.

La filiale du singapourien Wilmar tire la sonnette d’alarme quant à la décompensation du fuel. Celui-ci menace la pérennité de la filière betteravière dont la facture énergétique constitue le premier poste de charges dans le processus de transformation industrielle. «La garantie de la pérennité de la filière sucrière locale et la consolidation de ses résultats positifs nécessitent pour la betterave à sucre la mise en place urgente de solutions adéquates pour répercuter l’augmentation de plus de 60% du prix du fuel», recommande Cosumar.

A l’international, le sucre est à son plus bas prix depuis 2009

Sur le marché international, les prix du sucre ont emprunté une courbe baissière depuis le mois de juin 2014. Au cours du mois dernier, ils ont atteint leurs plus bas niveaux depuis quatre ans à New York et depuis plus de cinq ans à Londres, plombés par l'abondance de l'offre sur le marché mondial. La tonne de sucre pour livraison en octobre a atteint 394,90 dollars, son plus bas niveau depuis la mi-avril 2009. Notons que la compensation du sucre consommé et importé a atteint une valeur de 1,8 milliard de DH au mois de juillet 2014, enregistrant ainsi une baisse de 16% par rapport à la même période de l’année 2013.