Akhannouch s’entretient avec son homologue ivoirien à Addis-Abeba

5437685854_d630fceaff_b-
241
Partager :

La coopération bilatérale dans le domaine agricole a été au cœur des entretiens, ce jeudi 5 octobre à Addis-Abeba, du ministre de l'agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch, avec son homologue ivoirien, Mamadou Sangafowa Coulibaly, en marge de la deuxième session du Comité Technique Spécialisé (CTS) de l’Union Africaine (UA) sur l'agriculture, le développement rural, l'eau et l'environnement

Au cous de cette rencontre, qui s’est déroulée notamment en présence de l’ambassadeur du Maroc en Ethiopie, Mme Nezha Alaoui M’Hamdi, le ministre ivoirien de l’Agriculture et du Développement rural a souligné que le Maroc et la Côte d’Ivoire ont pu construire une "coopération très active et dynamique" dans le domaine agricole.

Le responsable ivoirien a également noté que la Côte d’Ivoire figure parmi les premiers pays à soutenir l’Initiative marocaine pour l’Adaptation de l’Agriculture Africaine (AAA).

Akhannouch prend part aux travaux du segment ministériel (5-6 octobre) de la deuxième session du Comité technique spécialisé (CTS) de l’Union africaine (UA) sur l'agriculture, le développement rural, l'eau et l'environnement, à la tête d’une importante délégation du secteur agricole.

Cette session ordinaire du Comité se penchera notamment sur l’examen des rapports établis sur ces secteurs en vue d’en soumettre les conclusions au Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement prévu en janvier 2018.

Au cours de cette réunion de deux jours, les ministres et responsables des départements de l’agriculture dans les pays membres de l’UA devraient examiner le rapport biennal continental sur la mise en œuvre de la Déclaration de Malabo sur l’agriculture, les Contributions déterminées au niveau national (CDN) et de l’Accord de Paris sur le changement climatique ainsi que de la question des jeunes dans l’agriculture et dans la gestion des ressources naturelles.

Ce segment ministériel devrait également se pencher sur l’examen du rapport ministériel sur la réunion inaugurale de ce comité, du rapport de la réunion du groupe d’experts (2-4 octobre) et des projets de déclarations et de décisions.