BAM : baisse du rythme de progression du crédit bancaire en décembre 2017

5437685854_d630fceaff_b-
235
Partager :

Le rythme de croissance du crédit bancaire est revenu de 4,8% en novembre à 2,9 en décembre 2017, indique Bank Al-Maghrib (BAM)

L'analyse par objet économique du crédit fait ressortir une décélération de 14,6% à 11,4% de la progression des prêts à l'équipement et de 4,4% à 4,3% de celle des crédits à la consommation, fait savoir BAM dans une note sur ses indicateurs clés des statistiques monétaires de décembre 2017.

S’agissant des facilités de trésorerie, elles ont vu leur baisse s’accentuer de 1,8% à 3,2%, tandis que les crédits à l’immobilier ont progressé au même taux que le mois précédent, soit 4,2%, ajoute la même source.

Par secteur institutionnel, la progression des concours alloués au secteur non financier est revenue de 5,4% à 3,7%, souligne BAM, relevant que l’accroissement des crédits au secteur privé a ainsi ralenti à 3,6% après 4,3%, avec une décélération à 2,5% après 4,7% des prêts alloués aux sociétés non financières privées et une hausse de 4,6% après 3,9% des crédits aux ménages.

De même, la progression des crédits aux entreprises non financières publiques a ralenti à 1,6% au lieu de 15,5%.  Les données trimestrielles par branche d’activité montrent une décélération du crédit de 4,5% au troisième trimestre à 2,9% au quatrième trimestre 2017, résultat notamment des baisses de 7,3% et de 1,5% après des hausses de 3,6% et de 0,8% des crédits alloués respectivement aux branches "électricité, gaz et eau" et "hôtels", fait ressortir la note.

En revanche, les prêts octroyés aux "industries extractives" et aux "industries manufacturières" se sont accrus respectivement de 15,3% et de 1% après des baisses respectives de 12,3% et de 0,7%, fait remarquer BAM, précisant que les concours accordés aux "bâtiments et travaux publics" ont marqué une hausse de 1,4%, alors que les prêts au "commerce" ont vu leur taux de progression se stabiliser à 8,3%.

En glissement mensuel, le crédit bancaire s’est accru de 1%, couvrant une augmentation de 0,2% des facilités de trésorerie, ainsi que des replis de 0,1% des concours à l’immobilier et de 0,3% des prêts à l’équipement.