Campagne agricole : le ministère dévoile ses prévisions pour 2018-19

5437685854_d630fceaff_b-
279
Partager :

Le ministère de l’Agriculture a rendu public ses prévisions quant à la campagne agricole 2018-2019. La campagne agricole 2018-19, a enregistré une pluviométrie ayant atteint au 24 avril 2019, 290,5 mm en baisse de 11% par rapport à la moyenne de 30 ans (326,3 mm) et de 23% par rapport à la campagne précédente( 375,3) à la même date, informe le ministère de l'Agriculture dans un communiqué.

La campagne en cours a été caractérisée par une mauvaise répartition temporelle. Près de trois quart des précipitations ont eu lieu durant les trois mois de démarrage avec de fortes précipitations ayant duré jusqu’au mois de janvier.

La très faible pluviométrie, voire l’absence de précipitations dans plusieurs régions durant les mois qui ont suivi a engendré un retard de croissance des céréales et une baisse des rendements plus ou moins importante selon les régions, note le ministère de l’Agriculture.

La production céréalière mitigée

Ainsi, la production prévisionnelle des trois céréales principales au titre de la campagne 2018-19 est estimée à 61 Millions de quintaux soit une baisse de 19% par rapport à la production moyenne  des années du PMV (75 millions de quintaux). La récolte finale dépendra des conditions climatiques qui prévaudront dans les prochaines semaines.

La superficie céréalière semée au titre de cette campagne est de 4,7 millions Qx dont 3,5 millions d’ha affichent un état végétatif moyen à bon.

Par espèce, la production prévisionnelle se présente comme suit :

-     35 millions Qx de blé tendre ;

-     13.3millions QX de blé dur et ;

-     12.5 millions Qx d'orge.

La répartition régionale de production montre que 65% de la   production prévisionnelle de cette campagne provient de 3 régions à savoir Fès-Meknès, Rabat-Salé-Kénitra, et le Grand Casablanca. Selon les régions, la campagne céréalière 2018/19 peut être ainsi qualifiée de moyenne à bonne dans les régions du nord et de campagne modeste à faible dans le reste des régions.

Arboriculture fruitière, élevage et parcours en  bonne situation

Les précipitations du mois d’avril dans plusieurs régions du Royaume ont permis une bonne amélioration du couvert végétal des parcours en particulier les parcours de montagne, les parcours du Sud de l’Atlas et du Moyen atlas.

Avec une Superficie de près de 60.000 Ha, les perspectives d’une bonne campagne sucrière se précisent. Des rendements prévisionnels de 70 tonnes/Ha sont attendus pour la betterave à sucre grâce notamment au progrès technique et technologique enregistré dans la filière dans l’ensemble des bassins de production (99% semé mécaniquement en mono germe). Les récoltes de betterave sont particulièrement précoces et ont commencé à partir du 12 avril. Quant à la canne à sucre dont l’usinage a commencé le mois de février dernier, les rendements sont de l’ordre de 68 T/Ha, indique le ministère. 

L’actuelle campagne a la particularité de venir en suite de deux bonnes campagnes céréalières successives (2016/17 et 2017/18) ce qui a permis au secteur de l’élevage de profiter des disponibilités de stocks de paille et d’orge comme en témoigne le niveau des prix de ces aliments qui affichent des niveaux normaux et raisonnables.

Les prix des animaux vivants sont aux mêmes niveaux que 2018 sinon légèrement supérieurs (10%).

Les perspectives de production pour les olives, agrumes et palmier dattier sont bonnes. En effet, la situation pluviométrique du mois d’avril en zone de montagne notamment dans le Saiss, le moyen atlas et le pré-Rif ainsi que le taux de remplissage des barrages à usage agricole qui est de 60% actuellement augurent d’une bonne campagne arboricole.

Grâce au progrès graduels réalisés campagne après campagne par le Plan Maroc Vert, l’économie du secteur agricole confirme sa résilience face à la variabilité climatique. La croissance du secteur dépend de moins en moins de la campagne céréalière. Cette résilience permet de maintenir une stabilité des revenus dans le monde rural et préserver la durabilité de l’activité des agriculteurs.

Malgré une production en baisse pour les céréales, les prévisions du PIB agricole se situent à 124 à 125 milliards DH soit une quasi stabilité de la croissance agricole (+1,2 %).