Fonction publique : le Maroc et l’Espagne renforcent leur coopération

5437685854_d630fceaff_b-
737
Partager :

Le Maroc et l’Espagne ont donné une nouvelle impulsion à leur coopération en matière de modernisation de la fonction publique, à travers la signature, jeudi 24 janvier à Madrid, d’une déclaration conjointe visant à renforcer davantage le cadre de collaboration et d’échange d’expertise déjà existant dans ce domaine entre les deux pays.

Aux termes de cette déclaration conjointe, signée par le ministre délégué chargé de la Réforme de l'administration et de la fonction publique, Mohamed Ben Abdelkader, et la ministre espagnole de la Politique territoriale et de la fonction publique, Meritxell Batet, les deux parties se sont mis d’accord pour reconduire, pour une durée de cinq ans, le mémorandum d'entente sur la fonction publique et la modernisation de l'administration que les deux départements avaient signé en 2014.

La déclaration conjointe a été signée au terme d’une réunion du comité de pilotage du projet bilatéral "Appui à la modernisation de la fonction publique" (2016-2018), en présence de l’ambassadeur du Maroc en Espagne, Karima Benyaich.

M. Ben Abdelkader a qualifié de "positif" le bilan de la coopération maroco-espagnole en matière de réforme et de modernisation de l’administration, d’amélioration de la qualité du service public et de développement de l’administration numérique, depuis la signature, en 2014, du Mémorandum d’entente dans ces domaines entre le Maroc et l’Espagne.

Conformément à ce mémorandum d’entente, le programme "Appui à la modernisation de la fonction publique" a permis de réaliser plusieurs activités et a offert l’opportunité aux deux parties d’échanger leurs expertises, notamment en matière de Gouvernement ouvert, d’administration numérique, de lutte contre la corruption, d’accès à l’information et de réforme de la fonction publique, a-t-il ajouté dans une déclaration à la MAP.

M. Ben Abdelkader a relevé que ce programme constitue un "projet phare" dans le cadre de la coopération bilatérale entre les deux pays, étant donné qu’il porte sur la modernisation de la réforme de l’administration publique au Maroc, levier fondamental pour le développement des prestations publiques, ainsi que le bon fonctionnement et la mise en œuvre des politiques publiques.

"Le bilan de ce programme a suscité une grande satisfaction chez les deux parties. La mise en œuvre et l’exécution technique étaient exemplaires de la part de deux équipes. Nous avons pu honorer tous les engagements contenus dans l’accord de coopération bilatérale, ce qui nous a encouragé à reconduire ce cadre de coopération", a poursuivi le responsable marocain.

Il a affirmé que la déclaration conjointe d’intention signée ce jeudi à Madrid illustre la volonté des deux parties de poursuivre cette coopération pour les prochaines années.

"Cette déclaration ouvre de nouvelles perspectives à notre coopération bilatérale et lui donne un nouveau souffle, en se focalisant sur les aspects éthiques de l’action publique, mais aussi sur la valorisation des ressources humaines de l’Etat", a dit M. Ben Abdelkader.

M. Ben Abdelkader a rappelé, en outre, le Programme national de réforme de l’administration qui porte sur la réalisation de quatre transformations fondamentales sur les plans organisationnel, managériale, éthique et numérique.

La ministre espagnole de la Politique territoriale et de la fonction publique, Meritxell Batet, a relevé que cette réunion a été une occasion de faire le bilan de la mise en œuvre du mémorandum d'entente signé entre le Maroc et l’Espagne en 2014 dans le domaine de modernisation de l’administration publique.

"Le bilan a été positif et la coopération entre les deux pays a été fructueuse. Nous avons partagé nos expériences en matière de réforme de l’administration publique et nous voulons donner une nouvelle impulsion à cette coopération avec la signature de cette déclaration conjointe", a-t-elle affirmé.

Pour l’Espagne, les relations avec le Maroc sont "stratégiques", a poursuivi Mme Batet, ajoutant que le Royaume est un "partenaire préférentiel" du pays ibérique dans plusieurs domaines.

Elle a, par ailleurs, qualifié d’"ambitieuses" les réformes entreprises par le Maroc pour la modernisation de la fonction publique, ajoutant que la coopération maroco-espagnole dans ce domaine "a de belles perspectives d’avenir".