Forum de la Méditerranée : Assia Bensalah Alaoui en guerre contre le '' prosperty gap ''

5437685854_d630fceaff_b-
332
Partager :

Il est impératif de faire face aux immenses disparités qui viennent creuser le « prosperty gap » entre les rives nord et sud, et faire de l’Europe « un véritable aimant malheureusement au détriment de nos pays puisque nous perdons nos meilleurs » cerveaux

Marseille - Le Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée, tenu lundi à Marseille, est en parfaite harmonie avec l’immense ambition du Roi Mohammed VI qui porte pour la région et l’Afrique, a affirmé Mme Assia Bensalah Alaoui, ambassadeur itinérant du Roi.

En présence du président français Emmanuel Macron, porteur de cette initiative, Mme Bensalah Alaoui s’est exprimée lors de la session de clôture du sommet en tant que cheffe de file des dix personnalités marocaines qualifiées faisant partie des Cent représentants de la société civile méditerranéenne. 

C’est une initiative, a-t-elle déclaré, qui offre à la société civile et à la jeunesse en particulier d’être des acteurs de leur propre avenir », en félicitant le président Macron pour sa vision qui est « en parfaite harmonie avec l’immense ambition du Roi pour non seulement notre région mais par-delà l’Afrique ».

Le Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée intervient au terme d’un exercice inédit de consultation de la société civile méditerranéenne, s’inscrivant dans le cadre du Dialogue 5+5 Méditerranée qui réunit cinq États de la rive sud de la Méditerranée (la Mauritanie, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et la Libye) et cinq États de la rive nord (le Portugal, l’Espagne, la France, l’Italie et Malte).

Mme Bensalah Alaoui a relevé que tout au long du processus, il a fallu faire face à des réticences, mais « le premier motif de satisfaction a été déjà à la découverte de ces immenses talents qui nous racontent à leur manière une autre narrative de la Méditerranée : positive celle-là et qui vient démentir toutes les visions si négatives et si pessimistes pour notre région ».

Mieux éduquer les éducateurs et les formateurs

Dans le cadre de l’implication de la société civile marocaine à ce processus, la ville de Rabat a accueilli, le 29 avril dernier, un des 5 Fora du Sommet des deux rives, consacré au thème "Economie et Compétitivité" et qui a permis de présenter plusieurs projets.

En tête des critères retenus, Mme Bensalah Alaoui a cité l’innovation et la durabilité, en plus du maillage et de la faisabilité. Ces critères, a-t-elle indiqué, traversent toutes les thématiques de l’initiative, dont l’énergie qui est « au cœur de la durabilité pour faire face au changement climatique », mais aussi en tant que « composante essentielle du mixus : eau, alimentation, énergie ».

Un focus est particulièrement mis sur la jeunesse qui a pour horizon l’avenir. « Il nous faut beaucoup d’investissement dans les outils innovants qu’ils soient matériels ou immatériels pour éduquer l’ensemble, mais surtout mieux éduquer les éducateurs et les formateurs, et bien entendu offrir une deuxième chance aux décrocheurs qui hélas sont une grande majorité », a-t-elle relevé. 

A cet égard, Mme Bensalah Alaoui s’est dite ravie de voir parmi les projets retenus lors du sommet le réseau Méditerranée Nouvelle Chance (New Chance Mediterranean Network- Med NC), créé à Marseille durant son mandat alors qu'elle était coprésidente de l’Office de Coopération Economique pour la Méditerranée et l’Orient (OCEMO). Cela est à même de conférer une ampleur régionale, et donc plus d’ambition, à ce projet qui vise à renforcer l'impact qualitatif et quantitatif des acteurs de la formation et de l'insertion professionnelle, a-t-elle dit.

Sur le plan économique, elle a souligné l’impératif de faire face aux immenses disparités qui viennent creuser le « prosperty gap » entre les rives nord et sud, et faire de l’Europe « un véritable aimant malheureusement au détriment de nos pays puisque nous perdons nos meilleurs » cerveaux.

« Il faut trouver un bon ordre à travers une mobilité maîtrisée certes, mais certaine pour la jeunesse qui a évidemment pour horizon l’avenir », a-t-elle plaidé.

Et de conclure que le plus dure qui reste à faire « c’est la culture partagée », mais « à travers ces multiples rencontres, ces fora, ce faire-ensemble c’est déjà un dialogue entre les différences qui est en marche comme modus operandi d’un meilleur vivre-ensemble et surtout porteur d’une meilleure compréhension entre nos différentes élites ».

Outre les pays du dialogue 5+5, l'Union européenne, l'Allemagne, mais aussi les organisations pan-méditerranéennes et les principales organisations économiques internationales présentes dans la région, sont associées à cette initiative qui repose, selon le Quai d'Orsay, sur la conviction que la société civile doit être pleinement associée à la définition d’un nouvel agenda positif pour la Méditerranée.

«Le Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée» a été précédé par la tenue en 2019 de cinq forums régionaux thématiques préparatoires qui ont traité des énergies (Alger 8 avril), la jeunesse, l'éducation, la mobilité (Malte, 24 et 25 avril), l’économie et la compétitivité (Maroc 29 avril), la culture, les médias et le tourisme (Montpellier, 2 et 3 mai) et enfin le développement durable (Palerme, 16 mai).

L’Assemblée des «Cent» s’est réunie, pour sa part, le 11 juin dernier à Tunis, pour une large consultation des représentants de la société civile des pays du bassin occidental de la Méditerranée en prévision du Sommet de Marseille.


*MAP