HCP : Des patrons d’entreprises marocaines anticipent une augmentation de leur production

5437685854_d630fceaff_b-
423
Partager :

Les chefs d’entreprises marocaines des industries manufacturière, extractive et environnementale  s’attendent à une augmentation de leur production, au titre du 4e trimestre 2018.

C’est ce qui ressort de la note des enquêtes trimestrielles de Conjoncture réalisées par le Haut-Commissariat au Plan (HCP) au titre du 4e trimestre 2018 auprès des entreprises opérant dans les secteurs des industries manufacturières, de l’extraction, de l’énergie, de l’environnement ainsi que dans celui de la construction.

Ces anticipations d’une légère baisse dans le secteur de l’industrie manufacturière seraient attribuables, d’une part, à une hausse de l’activité de "l’industrie automobile" et de la "métallurgie" et, d’autre part, à une diminution de la production de l’activité de "l’industrie chimique" et de la "fabrication de boissons". Concernant les anticipations de l’emploi, les industriels prévoient globalement une stabilité des effectifs employés, souligne le HCP.

S’agissant de l’industrie extractive, l’évolution serait imputable principalement à une hausse de la production des phosphates. Au niveau des effectifs employés, les patrons de ce secteur prévoient une stagnation.

Pour le même trimestre, les entreprises de l’industrie environnementale anticipent une augmentation de la production notamment dans les activités du "captage, traitement et distribution d’eau" et une stabilité des effectifs employés.    

Cependant, les chefs d’entreprises du secteur de la production énergétique anticipent une diminution attribuable à une baisse de la "production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné". Pour ce qui est de l’emploi, il connaîtrait une stabilité.

En outre, les anticipations avancées par les chefs d’entreprises du secteur de la construction, pour le même trimestre, font ressortir, globalement, une diminution de l’activité de ce secteur. Cette évolution résulterait de la baisse d’activité prévue au niveau des branches de la "construction de bâtiments" et du "génie civil". Cette baisse dans le secteur de la construction serait accompagnée par une légère diminution des effectifs employés. 

Au titre du 3e semestre

Pour ce qui est des appréciations des chefs d’entreprises pour le 3e trimestre 2018, la production de l’industrie manufacturière aurait connu une légère hausse, au 3e trimestre 2018. Un résultat d’une augmentation de la production dans les branches de "l’industrie chimique", de la "fabrication de boissons" et de la "métallurgie" et d’une baisse de la production dans les branches de la "fabrication d'autres produits minéraux non métalliques", rapporte la note.

Les carnets de commandes sont jugés d’un niveau normal par les chefs d’entreprises. S’agissant de l’emploi, il aurait connu une stabilité. Globalement, le taux d’utilisation des capacités de production (TUC) se serait établi à 79%.

La production de l’industrie extractive aurait, pour sa part, affiché une stabilité imputable à une stagnation de la production d’"autres industries extractives".

Les carnets de commande se seraient situés à un niveau normal et l’emploi aurait connu une stabilité. Dans ces conditions, le TUC dans ce secteur se serait établi à 78%.

Par ailleurs, la production de l’industrie énergétique aurait connu une augmentation due principalement à la hausse de la "production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné". S’agissant des carnets de commandes, ils sont jugés d’un niveau normal. L’emploi, quant à lui, aurait connu une augmentation. Dans ces conditions, le TUC dans l’industrie énergétique se serait établi à 93%, note la même source.

La production de l’industrie environnementale aurait également enregistré une augmentation imputable à une hausse de l'activité du "captage, traitement et distribution d’eau". En ce qui concerne les carnets de commandes de ce secteur, ils se seraient établis à un niveau normal et l’emploi aurait connu une augmentation. Dans ces conditions, le TUC dans l’industrie environnementale se serait établi à 86%.

Concernant le secteur de la construction, l’activité aurait connu une stabilité. Cette évolution aurait été due principalement, d’une part, à la hausse d’activité dans le "génie civil" et, d’autre part, à la stabilité d’activité dans la branche de la "construction de bâtiments".

Les carnets de commande dans la construction se seraient situés à un niveau normal et l’emploi aurait connu une stabilité. Dans ces conditions, le TUC dans le secteur de la Construction se serait établi à 65%, relève-t-on.