L’apparition de la « Galère Portugaise » au Maroc inquiète le département de la pêche

5437685854_d630fceaff_b-
687
Partager :

Le département de la pêche maritime a lancé une étude suite à l’apparition depuis quelques semaines d’une espèce apparentée aux méduses, appelée communément la « Galère portugaise » apparue au Maroc

Le département de la pêche maritime a lancé une étude par l’Institut National des Recherches Halieutiques (INRH) suite à l’apparition depuis quelques semaines d’une espèce apparentée aux méduses, appelée communément la « Galère portugaise » (nom scientifique : Physalia physalis) apparue au Maroc, après une apparition massive sur certaines plages des côtes espagnoles, aussi bien en Méditerranée qu’en Atlantique.

Ces derniers jours, elle a été détectée dans la région de Casablanca, Mohammedia, Bouznika et Skhirat. Cette espèce apparait régulièrement au niveau des côtes marocaines.

Selon les informations de l’INRH, qui a mis en place un réseau de surveillance de ce type de phénomènes, les apparitions de la galère portugaise sont saisonnières et demeurent généralement limitées dans le temps (souvent entre mars et avril).

Des études sont actuellement menées par des chercheurs de l’INRH pour mieux comprendre les conditions environnementales à l’origine de la prolifération de cette espèce sur les côtes marocaines, tout comme celle des méduses de manière générale.

La dangerosité de la galère portugaise n’est plus à démontrer. La gravité des blessures occasionnées à l’homme en cas de contact avec les tentacules de la physalie semble cependant varier d’un individu à l’autre.

Dans la plupart des cas, les envenimations se limitent à des brûlures intenses qui peuvent être très douloureuses. La durée des lésions peut durer une à deux semaines selon les organes touchés. Un cas mortel aurait été signalé sur les côtes portugaises en 2010, mais les cas de piqûres recensées ces dernières années au Maroc n’auraient pas entrainé de complications majeures.

Rappelons toutefois que la vigilance reste de mise et qu’il est fortement déconseillé de la toucher.