La BAD approuve un prêt de 200 millions de dollars US pour le Maroc

5437685854_d630fceaff_b-
196
Partager :

La signature d’un accord de prêt de 200 millions de dollars US de la Banque Africaine de Développement (BAD) destinée à financier la première phase du programme d’appui à l’accélération de l’industrialisation au Maroc (PAAIM- I), a eu lieu ce vendredi 14 juillet à Abidjan

Cet accord a été paraphé par l’ambassadeur du Maroc en Côte d’Ivoire, Abdelmalek Kettani et Célestin Monga, économiste en chef et vice-président de la BAD en charge de la gouvernance économique et de la gestion des connaissances, en présence notamment d'Abdelmajid Mellouki, administrateur représentant du royaume à ladite Banque.

Le programme d’appui à l’accélération de l’industrialisation au Maroc est un appui budgétaire sectoriel au gouvernement du Maroc, et vise à améliorer la compétitivité du tissu industriel marocain et le financement des activités économiques industrielles, grâce, notamment à l’institution d’un dispositif d’attraction des investissements cohérent et clair en phase avec les politiques territoriales et sectorielles de l’Etat, à la mise à la disposition des investisseurs d’un foncier locatif à des prix compétitifs et la mobilisation d’au moins 200 millions de DH pour l’accompagnement et le financement en capital des startups innovantes à l’horizon de 2020.

Il s’agit aussi de l’accompagnement d’au moins 150 porteurs de projets lors du pré-amorçage et le développement des activités de la finance verte dans l’économie marocaine.

Les principaux objectifs poursuivis dans le cadre de ce Programme (PAAIM- I) sont l’appui à la compétitivité du tissu industriel à travers l’appui à la promotion des investissements industriels et l’appui à l’exportation des produits industriels, et l’appui au financement des activités industrielles à travers le soutien au financement du développement des PME/PMI et la facilitation du financement de l’amorçage des entreprises et du financement vert.

S’exprimant à cette occasion, Kettani s’est félicité du niveau et de la qualité des relations de coopération entre le Maroc et la BAD et de l’appui précieux et constant que cette institution à toujours apporté au royaume, tant au niveau de l’accompagnement du Maroc dans son processus de réformes qu’au niveau du financement des projets d’infrastructures.

'’En effet, depuis 1967 jusqu’à ce jour, la BAD a financé au Maroc des programmes et des projets pour plus de 10 milliards de dollars US’’, a rappelé l’ambassadeur, faisant savoir que ce volume d’engagements illustre l’exemplarité du partenariat entre la Banque et le Maroc.

Le portefeuille actif de la Banque au Maroc est constitué de 31 opérations en cours d’exécution pour des engagements nets d’environ 2,13 milliards d’euros. Les prêts totalisent (99,7%), soit 15 projets et programmes d’un montant moyen par opération d’environ 46 millions d’euros.

Ce portefeuille est dominé par le secteur des infrastructures (transports, énergie, eau, et assainissement) et celui de la gouvernance. Le montant moyen des projets financés par la BAD s’élève à quelque 168 millions d’euros par opération.

Kettani a, par la même occasion, rappelé que la BAD est l’un des principaux bailleurs de fonds du royaume qui est aussi, l’un de ses tout premiers pays clients, notant que le Maroc, sous la conduite du roi Mohammed VI, entend conserver ce rang, en renforçant davantage sa coopération avec cette institution au niveau aussi bien quantitatif que qualitatif.

Monga a, quant à lui, indiqué que le Maroc est un pays phare du continent africain, avec une riche histoire millénaire et des ambitions à la hauteur de sa grandeur mais aussi, de ses responsabilités qu’il a toujours su assumer, mettant en avant l’immense expérience dont jouit le Maroc dans le domaine de l’industrialisation.

Après avoir donné un aperçu historique détaillé sur la vision claire et la politique de l’industrialisation au Maroc, il a noté que grâce à cette expérience, le royaume dispose actuellement d’une véritable stratégie de transformation et d’industrialisation qui cadre parfaitement avec les priorités de la BAD.

Il a fait part également de la fierté de la BAD de pouvoir accompagner le royaume dans ses efforts visant à accélérer son industrialisation et à atteindre la prospérité escomptée, mettant en avant l’importance du PAAIM en termes de création d’emplois, le renforcement de la part de l’industrialisation dans le PIB du Maroc, et le rééquilibrage des comptes extérieurs par la promotion des exportations.