La filière céréalière contribue de 10 à 20% dans la valeur ajoutée agricole

5437685854_d630fceaff_b-
262
Partager :

Casablanca - La filière céréalière contribue de 10 à 20% par an dans la valeur ajoutée agricole en fonction de la pluviométrie, a indiqué mercredi à Casablanca, le ministre de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch.

S'exprimant à l'ouverture du Salon International des Industries Céréalières "Grain & Milling Expo" (GME), M. Akhannouch a souligné que le secteur des céréales revêt une grande importance pour le développement du pays, notant que ce secteur contribue également à la création d'emploi dans le milieu rural à hauteur de 30%.

Le Maroc se caractérise par une importante industrie manufacturière englobant toutes les composantes, a-t-il dit à l'occasion de cette manifestation tenue sous le thème "L'intégration comme levier de développement de la filière céréalière".


Pour sa part, le président de la Fédération nationale de la minoterie (FNM), Chakib Alj, a souligné que le secteur meunier est appelé à jouer le rôle de locomotive pour le développement et la mise à niveau de la filière céréalière.

Ce secteur, dont les contraintes structurelles handicapant lourdement ses performances, "reste l'otage d'une politique qui essaie de concilier entre la garantie d'un prix du blé rémunérateur pour l'agriculture et l'assurance d'un prix de pain accessible au faible pouvoir d'achat des consommateurs", a-t-il fait remarquer.

Ces contraintes structurelles conjuguées à une conjoncture économique difficile ont abouti à la fermeture de plusieurs moulins, a-t-il relevé, ajoutant que le même sort menace d'autres unités qui vivent des situations de plus en plus intenables.

M. Alj a par ailleurs fait savoir que le Salon GME, inscrit désormais dans l'agenda international des événements céréaliers, n'a pas cessé de grandir sur le double plan sectoriel et géographique, pour englober toute l'industrie céréalière, et plusieurs pays d'Afrique et du Moyen Orient.

"Tout secteur d'activité se doit d'organiser un événement professionnel qui constitue une occasion pour partager l'expérience, échanger l'information et découvrir les nouveautés technologiques", a-t-il estimé, ajoutant qu'il s'agit d'une véritable vitrine des innovations en matière d'équipements, de produits et de services.

Le salon accueille plusieurs professionnels de la première et deuxième transformation des céréales et dérivés, en provenance des pays du Maghreb, et d'autres pays d'Afrique ainsi que plus de 100 exposants opérant dans divers secteurs d'équipements et de services, destinés à l'activité des industries céréalières, a-t-il ajouté.

Le secteur de la minoterie industrielle se compose actuellement de près de 164 unités de production en activité. Il réalise un chiffre d'affaires annuel moyen avoisinant les 20 milliards de dirhams (MMDH) et emploie près de 10.000 personnes.

Selon des professionnels, ce secteur connait depuis quelques années, une "crise sans précédent", caractérisée par un marché morose et par une lutte sur les parts de marché qui se traduit par une guerre des prix, qui a fini par menacer les performances voire même la pérennité du secteur.

Le GME, organisé par la FNM du 9 au 11 octobre, représente une vitrine d'exposition des nouveautés en matière de produits, d’équipements, d’installations et de services. Considéré comme un véritable carrefour BtoB, il est marqué par un programme riche en conférences et en tables rondes.

La précédente édition du "Grain & Milling Expo", organisée les 04 et 05 octobre 2017, sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, avait reçu plus de 1.500 visiteurs, venus de 29 pays différents, dont 10 pays africains.