Le déficit budgétaire en hausse

5437685854_d630fceaff_b-
369
Partager :

La situation provisoire des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 37,7 milliards de dirhams (MMDH) en 2018, contre 35,7 MMDH un an auparavant, selon la Trésorerie Générale du Royaume (TGR).

Ce déficit tient compte d'un solde négatif de 17 MMDH dégagé par les comptes spéciaux du Trésor (CST) et les services de l'État gérés de manière autonome (SEGMA), précise la TGR dans son bulletin mensuel de statistiques des finances publiques de décembre 2018.

Le bulletin fait également ressortir que les recettes ordinaires se sont établies à 266,9 MMDH contre 231,1 MMDH en 2017, en hausse de 15,5% compte tenu d'un versement exceptionnel de 24 MMDH effectué à partir du compte d'affectation spéciale intitulé "Compte spécial des dons des pays du Conseil de Coopération du Golfe" au profit du budget général.

Hormis ce versement, les recettes ordinaires se sont améliorées de 5,1%, note la même source qui explique cette augmentation par la hausse des recettes non fiscales de 114,8%, des impôts directs (+2,6%), des droits de douane (+12,9%), des impôts indirects (+5%) et des droits d’enregistrement et de timbre (4,6%).

Quant aux dépenses émises au titre du budget général, elles ont reculé de 0,8% à 322,7 MMDH à fin décembre 2018, en raison de la diminution de 13,1% des charges de la dette budgétisée, conjuguée à la hausse de 3,1% des dépenses de fonctionnement et de 1,2% des dépenses d'investissement, relève la TGR.

Les engagements de dépenses, y compris celles non soumises au visa préalable d’engagement, se sont élevés à 471,4 MMDH en 2018, représentant un taux global d’engagement de 86% contre 83% un an auparavant, ajoute la même source.

Le recul des charges de la dette budgétisée s’explique en grande partie, par la baisse de 21,6% des remboursements du principal (35 MMDH contre 44,6 MMDH) due notamment à l'impact des opérations de rachat et d'échange de bons de Trésor en vue de réajuster le profil de la dette ainsi que par la diminution du recours aux bons à court terme. Concernant les recettes des comptes spéciaux du Trésor, elles ont atteint 91,4 MMDH, compte tenu des transferts reçus des charges communes du budget général d’investissement pour 15,8 MMDH et de la rentrée de 2,8 MMDH au titre des dons des pays du Golfe.

Les dépenses émises ont été de 109,2 MMDH compte tenu du versement de 31,8 MMDH au profit du budget général, fait savoir la TGR, notant que ces dépenses intègrent la part imputée aux CST au titre des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux pour 2,5 MMDH.

Le solde de l’ensemble des comptes spéciaux du Trésor est négatif pour 17,8 MMDH, relève le bulletin, ajoutant que, hormis le versement exceptionnel de 24 MMDH effectué à partir du compte d’affectation spéciale intitulé "Compte spécial des dons des pays du Conseil de Coopération du Golfe" au profit du budget général, ce solde est positif de 6,2 MMDH.

Pour ce qui est des recettes des SEGMA, elles se sont chiffrées à 3,6 MMDH contre 3 MMDH à fin décembre 2017, en hausse de 20,7%, alors que les dépenses émises ont été de 2,85 MMDH contre 2,94 MMDH un an auparavant, en diminution de 3,2%, selon la même source.