Le Figaro : le Maroc veut devenir un acteur majeur hors de sa zone d’influence traditionnelle

5437685854_d630fceaff_b-
1081
Partager :

Le quotidien français « Le Figaro » a écrit, ce lundi 09 janvier, que la tournée entreprise au dernier trimestre de 2016 par le roi Mohammed VI dans des pays d’Afrique de l’EST (Rwanda, Tanzanie, Ethiopie, Madagascar) et au Nigéria montre que « le royaume veut devenir un acteur majeur hors de sa zone d’influence traditionnelle.

« La diplomatie économique du Maroc, appuyée par les fleurons de l'économie qui sont déjà bien implantés en Afrique de l'Ouest tourne à plein », relève la publication, soulignant que « les grands groupes (banque, bâtiment, engrais, télécoms) étaient parties prenantes de la dernière tournée royale ».

De nombreux contrats et projets d'investissements ont été dévoilés à cette occasion, rappelle le journal, faisant observer que cette offensive met en avant la « coopération sud-sud » et le « codéveloppement ».

En outre, le quotidien note que ces pays africains ont fait part officiellement de leur souhait de voir le royaume de retour dans l'organisation panafricaine, soulignant que dans l'ensemble, le continent est satisfait à l'idée d'une plus grande implication du Maroc dans l'Union africaine, particulièrement l'Afrique de l'Ouest.

Les présidents sénégalais et ivoirien, Macky Sall et Alassane Ouattara ne cachent pas leur enthousiasme, indique le journal, faisant remarquer que le choix fait par le souverain de prononcer pour la première fois à l'étranger le discours du 6 novembre commémorant la Marche verte depuis Dakar a été particulièrement apprécié.

Les autres états ont également été sensibles aux efforts de séduction marocains, poursuit-il, relevant que le Maroc représente l'économie la plus dynamique d'un continent qui cherche à relancer sa croissance.

Par ailleurs, la publication met en avant l’influence religieuse très importante du roi dans les pays de l'Afrique subsaharienne de rite malékite, notant que le royaume œuvre à promouvoir un islam du juste milieu, en rempart contre l'extrémisme.