Le Maroc abrite la 2è Conférence internationale de l'ECOSOC

5437685854_d630fceaff_b-
1681
Partager :

Le Maroc abritera au cours de cette année la deuxième édition de la Conférence internationale des ONG membres du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC)

Cette annonce a été faite au terme des travaux de la 1ère Conférence tenue récemment à Conakry en République de Guinée, sous le thème «  La Société civile africaine face à la crise migratoire », indique jeudi un communiqué de l’Observatoire Marocain des Droits des Femmes qui a pris part à cette rencontre initiée par le parlement Africain de la Société Civile (PASOCI).

Cette conférence a été une occasion pour mobiliser la société civile africaine pour faire des réflexions sur la crise migratoire que connaît le continent dans le but de proposer des solutions sociétales à la crise.

Lors de ce conclave, « les représentants de la société civile ont dénoncé les dernières violations des droits des migrants commises récemment dans certains pays, notamment en Libye, et d’autres pays de transit qui ne respectent pas les droits de l’homme et le droit d’asile comme énoncé par les conventions internationales, la déclaration universelle des droits de l’homme et d’autres mécanismes internationaux », souligne le communiqué.

Cette rencontre a mis l’accent sur les graves conséquences causées par la crise migratoire aux niveaux économiques, sécuritaires et politiques pour les pays de départ, de transit, d’accueil et d’asile des migrants.

« En termes de conséquences, il a été soulignée l’esclavage sexuel, la traite et l’exploitation des mineurs, les travaux forcés, la militarisation des enfants par les groupes armés et aussi les problèmes liés à l’insertion sociale des migrants qui constituent entre autres de graves violations des droits de l’Homme », note la même source.

Les participants à cette conférence ont attiré l’attention de la communauté internationale quant à la situation humanitaire des migrants en invitant les instances, comme l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), à adopter les résolutions efficaces pour préserver la dignité humaine.

Aussi, la conférence a tenu à souligner l’urgence pour les pays de transit et d’accueil d’adopter des reformes pour protéger les droits des migrants.

Intervenant à cette occasion, Samira Yassini, présidente de l’Observatoire Marocain des Droits des Femmes, a souligné que le Maroc, qui est à la fois un pays de transit, d’accueil et terre d’asile des migrants a adopté, récemment, des mesures concrètes et voté des lois législatives pour améliorer la situation des migrants afin de préserver leur dignité et leur insertion sociale.

Mme Yassini a été désignée par le bureau exécutif du PASOCI, représentante du PASOCI au Maroc.

Le PASOCI est une organisation panafricaine de leaders qui se donne pour mission d’harmoniser les interventions des organisations de la société civile africaine pour faire face efficacement aux grands enjeux du développement du continent.

Il entend être une structure incontournable sur la scène africaine pour apporter des solutions citoyennes aux multiples défis du développement de l’Afrique.

Doté du Statut Spécial auprès de l’ECOSOC des Nations Unies et aussi par l’Union Africaine, le PASOCI dispose des points focaux qui sont des représentants des pays de l’organisation dans leurs pays respectifs.

Chaque année désormais, un pays où le PASOCI est représenté accueillera la rencontre avec une thématique bien choisie.