Plafonnement des prix des carburants : Lahcen Daoudi s’est réuni avec les pétroliers

5437685854_d630fceaff_b-
263
Partager :

Lahcen Daoudi, le ministre délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance, s’est réuni, mardi 19 février avec les pétroliers pour débattre des marges des prix des carburants. Cette discussion vient suite à l’avis du Conseil de la concurrence sur le plafonnement, publié vendredi 15 février.

Après cette réunion, Daoudi a réussi à convaincre le Groupement des pétroliers du Maroc (GPM). « Ce premier round des négociations visant à trouver un accord sur le plafonnement des prix du carburant a été un peu difficile ». C’est ce qu’a déclaré le ministre au site d’information de son parti PJD.ma.

Et d’ajouter que « cette tension n’est pas exceptionnelle. Mais les représentants des sociétés ont fini par comprendre que la situation actuelle ne peut continuer et accepté le principe du plafonnement des prix du carburant ».

Par ailleurs, le ministre insiste sur l’intervention du gouvernement «  Les pétroliers gagnent plus de 2 dirhams en marge de bénéfice et demain, ce sera 3 dirham, on ne peut en passer inaperçu », a-t-il déclaré au site d’information de son parti PJD.ma.

Le principe d'un plafonnement concerté des marges a été approuvé en dehors de l'article 4 de la loi sur la concurrence. Le seuil applicable n’est pas encore fixé.

« Les négociations sont actuellement en cours. « Ils (ndlr : les opérateurs pétroliers) sont déjà d’accord sur l’idée », a affirmé Daoudi à nos confrères de Medias24.

Pour le GPM (Groupement des pétroliers marocains), « les prix à la pompe au Maroc sont les moins chers parmi 28 pays du pourtour méditerranéen », c’est ce qu’a affirmé son président Adil Ziady dans une interview accordée aux Eco.ma. 

Ziady estime que « si l’on examine le prix du carburant, c’est 90% entre les prix à l’international et la TIC (taxe intérieure sur la consommation), et toutes les autres données sont quasiment fixes. On ne comprend donc pas vraiment quelle est la problématique ».