Rabat : l'Institut de commerce et de gestion voit le jour

5437685854_d630fceaff_b-
405
Partager :

L’Institut de commerce et de gestion de Rabat crée à l'initiative de la Chambre de Commerce, d'industrie et de services de la Région de Rabat-Salé-Kénitra a été inauguré lundi 25 février à Rabat.

Le lancement de l'institut vise à encourager l’intégration des jeunes dans le marché du travail et en application de la convention-cadre pour la dynamisation de l'action des Chambres de Commerce, d'industrie et de services, signée avec le ministère de l'Industrie, de l'investissement, du commerce et de l'économie numérique, permettra de consolider les capacités de la Chambre en matière d’offre de formations aux entreprises, aux commerçants et aux professionnelles.

Cet établissement de formation professionnelle initiale et continue devra renforcer les capacités de la Chambre à offrir une formation adaptée aux besoins réels des entreprises de la région, en particulier dans les domaines des techniques de marketing commercial, de la gestion financière et comptable, de l’informatique et du commerce électronique en tant que formation initiale. L’offre de formation continue porte sur des domaines variés tels que la communication professionnelle, la qualité, le droit de sociétés, les ressources humaines et d’autres formations proposées par les secteurs public et privé.

D’une capacité de 60 à 80 étudiants, à hauteur de 200 places pédagogiques qui seront encadrés et formés par des professeurs expérimentés, l’institut du commerce et de gestion de Rabat, relevant de la Chambre de Commerce, d'industrie et de services de la Région de Rabat-Salé-Kénitra va dispenser une formation pédagogique et pratique.

S’exprimant à cette occasion, le ministre de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'Économie numérique, Moulay Hafid Elalamy a souligné que son département est disposé à soutenir tous les projets mis en œuvre par les Chambres de Commerce visant à encourager l’investissement et à faciliter l’intégration des jeunes dans le marché d’emploi.

Dans ce contexte, M. Elalamy a indiqué que la formation dispensée vise principalement à faciliter l'accès des bénéficiaires au marché d’emploi, appelant les acteurs économiques à assumer comme il se doit leur rôle afin de promouvoir les investissements et l'emploi.

De même, il a fait savoir que son département s’apprête à organiser des assises en avril pour débattre de la stratégie commerciale et des moyens de la moderniser, plaidant à cet égard pour la présentation de nouvelles idées en la matière et pour l’adhésion des commerçants dans cette dynamique.

De son côté, le président de la Chambre de Commerce, d'industrie et de services de la Région de Rabat-Salé-Kénitra, Abdellah Abbad a souligné que l’institut de commerce va dispenser une formation initiale et continue dans les domaines du commerce et de la comptabilité adaptée aux besoins du marché de l’emploi, le but étant de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes et de promouvoir l'économie nationale.

En marge de cette cérémonie, trois accords de coopération et de partenariat ont été signés, le premier accord entre la Chambre de Commerce, d'industrie et de services de la Région de Rabat-Salé-Kénitra et l'Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC), avec pour objectif de mettre en œuvre des programmes de formation pour les demandeurs d’emploi inscrits à l’ANAPEC et les jeunes porteurs de projets, ce qui facilitera leur intégration dans la vie pratique.

Le deuxième accord a été signé entre la Chambre et et l’Agence nationale de lutte contre l’analphabétisme(ANLCA), afin de mettre en œuvre un programme visant à développer et à renforcer les compétences en lecture, écriture et calcul au profit des commerçants et des professionnels, ainsi que pour développer les capacités professionnelles et la formation à distance dans le domaine de la lutte contre l'analphabétisme fonctionnel.

Concernant le troisième accord conclu entre la Chambre et le groupe français STEAM, dédié aux différentes catégories d’utilisateurs dans divers domaines, notamment la santé, plus particulièrement la stérilisation et la désinfection, y compris dans un premier temps divers métiers (cadres - techniciens - pharmaciens ...), et qui sera élargi à d’autres professions de la santé en fonction de besoins spécifiques tels que radiologues, assistants médicaux et infirmiers de salle d’opération.