Renforcement du Renseignement Financier contre le blanchiment des capitaux

5437685854_d630fceaff_b-
232
Partager :

Rabat, le 12 juin 2019 _ l’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux (AMMC) et l’Unité de Traitement du Renseignement Financier (UTRF) ont signé un protocole d’accord dans le domaine de la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.

La signature de ce protocole par Nezha HAYAT, présidente de l’AMMC et Jawhar NFISSI, président de l’UTRF,  en marge de la Conférence nationale sur « l’Impact de l'évaluation nationale des risques sur la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme « , vise le renforcement de la coopération et de la coordination entre les deux parties dans le domaine de la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. Cette lutte passe à travers la mise en œuvre d’actions concertées et ciblées, l’échange efficace de renseignements et le partage d’expériences et d’expertises. Le protocole prévoit également la création d’un comité technique conjoint pour le déploiement pratique des résolutions convenues.

Lors de cette conférence qui s’est tenue à Rabat, le chef du gouvernement Saâd Dine El Otmani a déclaré que le Maroc va mettre en place une nouvelle stratégie nationale de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

L'objectif de cette stratégie est de renforcer la coordination et la coopération entre les différents services concernés pour assurer plus d'efficacité et d'efficience aux mesures et aux actions entreprises dans ce domaine. Le Chef du gouvernement a fait observer à cet égard que le Maroc a adopté plusieurs stratégies sectorielles qui constitueront la base de la nouvelle stratégie nationale en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, ajoutant que le Royaume procède à une adaptation continue et régulière de son arsenal juridique en la matière avec les chartes et les conventions internationales dans ce domaine. 

Le Maroc est en train de finaliser un nouveau projet de loi qui vise à combler les lacunes identifiées dans le rapport d'évaluation mutuelle afin d'harmoniser l'arsenal juridique national avec les recommandations et standards du Groupe international d'action financière (GAFI).

Pour le Wali de Bank Al-Mgahrib, Abdellatif Jouahri, c’est un "bond qualitatif" qu'a connu le dispositif marocain de lutte contre les crimes de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme, relevant que l'arsenal juridique national dans ses volets préventif et répressif a connu des amendements fondamentaux pour le hisser aux normes internationales afin de faire face aux risques inhérents à la globalisation de l'économie et à la digitalisation des transactions.