Salon Halieutis, une vitrine idéale pour mettre en valeur le secteur halieutique marocain

5437685854_d630fceaff_b-
365
Partager :

Le salon «Halieutis», qui s’ouvre ce mercredi 15 février à Agadir, s’est imposé, au fil des ans, comme un évènement marquant du secteur halieutique au niveau régional et continental. Un rendez-vous important dans la mesure où il accompagne la volonté du Maroc de hisser ce secteur au rang de moteur de croissance économique et sociale. 

Placé sous le patronage du roi Mohammed VI, le salon Halieutis est une vitrine idéale pour mettre en valeur ce patrimoine ainsi que les efforts déployés, ces dernières années, non seulement pour assurer le développement durable du secteur mais d’en faire un véritable levier de croissance. D’où le thème de cette année : « le secteur halieutique : un enjeu de développement durable ».

Selon le ministre de l’agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch, ce thème constitue « un retour sur la raison d’être même de la stratégie Halieutis lancée en 2009 conformément aux orientations royales ».  

«La durabilité, la compétitivité et la performance constituent les axes majeurs de notre action. Ainsi, les 16 projets stratégiques du plan Halieutis répondent aux principes du développement durable en étant à la fois économiquement viables, socialement acceptables et écologiquement responsables», rappelle-t-il dans un mot de bienvenue sur le site web de cette 4ème édition.

Akhannouch relève que le modèle marocain de développement halieutique est aujourd’hui cité en exemple  dans le cadre de la coopération sud-sud.

Outre une forte présence de pays du continent, cette édition sera marquée par la participation de la France, en tant que pays à l’honneur. Une participation spéciale sachant il s’agit de la deuxième puissance maritime mondiale.

Pour la présidente de l’association du salon, Amina Figuigui, ce rendez-vous a une particularité cette année du fait qu’il survient dans le sillage de la COP 22. L’évènement tenu à Marrakech, avait mis en évidence, dans le contexte du changement climatique, les réalisations majeures du Maroc ainsi que son ferme engagement sur la voie du développement durable.

Le Maroc a présenté, lors de la COP 22, le concept de « ceinture bleue» en vue de favoriser l’ancrage du secteur halieutique en tant que secteur prioritaire de l’économie des océans. Il est donc naturel que la pêche et l’aquaculture fassent partie intégrante de cette réflexion globale sur le développement durable, Amina Figuigui. «Ce n’est plus un souhait, mais une ambition désormais partagée par l’ensemble des responsables et opérateurs du secteur», relève-t-elle.

Pour rappel, la pêche maritime génère une production annuelle de plus d’un million de tonnes, plaçant le Maroc au premier rang des producteurs africains et au 25ème rang à l’échelle mondiale.

Le salon d’Agadir, dédié aux différents métiers de la pêche maritime, de l’aquaculture et de la valorisation des produits de la mer rassemble des opérateurs nationaux et internationaux, cinq jours durant, sur plus de 16 000 m2 d’exposition avec au programme des conférences thématiques, des rencontres B2B entre participants ainsi que des ateliers de travail.

Pour cette édition, les organisateurs ambitionnent de recevoir 300 exposants nationaux et internationaux et 50 000 visiteurs.

Les eaux marocaines sont réputées être parmi les plus poissonneuses au monde. Le Maroc occupe le rang de premier producteur de poissons en Afrique et premier producteur et exportateur mondial de sardine.