Statut d’auto-entrepreneur : Plus de 40 mille demandes d'inscription en 2016

5437685854_d630fceaff_b-
797
Partager :

Le ministère de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique, a annoncé ce lundi 2 janvier, que 40.110 demandes d'inscriptions au statut de l'auto-entrepreneur ont été enregistrées au 1er décembre 2016, soit le double de l’objectif fixé pour cette première année de déploiement de ce régime

Près de 85% de ces auto-entrepreneurs exercent leurs activités de manière permanente et près de la moitié des inscrits travaillent à domicile, fait savoir le ministère dans un communiqué, précisant que les inscriptions concernent l’ensemble du territoire avec toutefois plus de 50% de souscripteurs installés dans les régions de Casablanca-Settat et Rabat-Salé-Kénitra.

S’agissant de la répartition sectorielle, l’intérêt des créateurs pour le régime de l’auto-entrepreneur est plus prépondérant dans le secteur du commerce (45%), suivi des services (27%), de l’industrie (24%), puis de l’artisanat (4%), ajoute le communiqué du ministère.



L’engouement pour ce nouveau régime s’explique, selon la même source, par sa souplesse et par les avantages nombreux qu’il offre, en particulier, la simplicité administrative qui dispense, notamment de la tenue d’une comptabilité complexe, la protection sociale, la fiscalité adaptée et réduite, ainsi que la bancarisation et l’inclusion financière des souscripteurs donnant la possibilité aux auto-entrepreneurs d’ouvrir des comptes bancaires et d’accéder à des crédits similaires à ceux octroyés à la TPE et non seulement aux services bancaires dédiés aux personnes physiques.

Pour les prochaines étapes, le ministère indique qu'il a actuellement œuvré à l’intégration des auto-entrepreneurs dans les écosystèmes industriels lancés dans le cadre du Plan d’accélération industrielle, faisant état de plusieurs écosystèmes industriels offrant un potentiel "appréciable" d’intégration, notamment les filières de la collecte et du recyclage des déchets pour la plasturgie, les matériaux de construction, les industries mécaniques et métallurgiques, la chimie-parachimie et le textile et cuir qui prévoit d’intégrer les artisans, couturiers et sous-traitants pour les marques.

Par ailleurs, des objectifs ambitieux sont fixés pour 2017 au cours de laquelle il est prévu d’atteindre les 100.000 auto-entrepreneurs par an, un seuil qui est justifié par la volonté de faire du statut un levier d’intégration de l’informel. L’objectif visé étant d’absorber plus que ne crée annuellement l’informel.

Le nouveau statut répond particulièrement aux besoins de la nouvelle économie collaborative, en pleine croissance, en offrant toutes les commodités aux start-ups marocaines et étrangères, notamment pour l’exercice de leurs activités, estime le ministère, notant que ce statut permet, également, aux personnes optant pour l’indépendance de sortir d’une précarité administrative permanente et de bénéficier d’une meilleure perception dans la société en tant que travailleurs indépendants légaux.

"Le schéma de gouvernance adopté pour la mise en œuvre du statut a été décisive dans le succès qu’il enregistre. L’ancrage régional fort du réseau d’agences de Barid Al Maghib, ainsi que celui des 6 autres banques impliquées dans la mise en œuvre du statut contribueront à l’avenir, à atteindre la frange de population visée qui est très hétérogène et répartie sur l’ensemble du territoire", souligne le ministère, faisant savoir que ledit réseau bancaire totalise plus de 3.800 agences équipées pour être l’interface de dépôt des dossiers d’enregistrement et de remise des cartes d’auto-entrepreneurs.