Wafa assurance : dynamisme pérenne

5437685854_d630fceaff_b-
695
Partager :

Un bilan 2017 positif pour la Wafa assurance, qui connait une augmentation de son chiffre d’affaires globalement, mais un petit bémol est à noter dans les résultats nets enregistrés par le segment Non-Vie et cela à cause d’une hausse des sinistres

Ce 20 février 2018 a eu lieu la présentation du bilan 2017 de Wafa Assurance. Au programme, l’examination du bilan de l’activité de la compagnie l’année dernière par le PDG de Wafa Assurance notamment, Ali Harraj.

Une dynamique de croissance forte

Le chiffre d’affaires global a atteint 8050 MDH, un nouveau palier. Cela représente une progression de 10.1%. Chiffre surprenant au vu de la compétitivité qui fait rage dans ce secteur. Le PDG de Wafa Assurance Ali Harraj, a d’ailleurs lui-même insisté sur la nécessité du marché à s’autoréguler,  « ne plus se marcher sur les pieds » et casser les prix a tout va.

L’activité « Vie » a connu une progression de son chiffre d’affaires de 9,6% à 4.431 MDH, par le biais du développement de la bancassurance.

En « Non-Vie », la croissance est aussi positive et s’élève à 10,6% et permet au chiffre d’affaires d’atteindre 3618 MDH.

Cette dynamique de croissance est homogène et touche le marché des particuliers ainsi que le marché des professionnels.

Mais un résultat net en baisse

La catégorie « Vie », a connu des bénéfices de 293 MDH, soit une progression de 0.5% grâce a une marge financière en hausse.

Le résultat « Non-vie » est le seul motif de déception. Avec un bénéfice de 786 MDH, l’activité a connu une baisse de ses bénéfices de 18%.

La source de cette difficulté provient de la hausse de la fréquence des sinistres Automobile qui affecte le secteur. Une problématique compliquée à endiguer. Un « réseau de fraude » surestime et gonfle des incidents ,déclare le PDG de Wafa Assurance. La nomenclature actuelle pose aussi problème. Un client à Casablanca, paie la même chose qu’un habitant d’Azrou, quand on sait que la ville blanche connait deux fois plus de sinistres que les autres villes du Royaume.

Autre donnée inquiétante, la fréquence des sinistres au Maroc est en constante augmentation depuis de nombreuses années. Une enquête a ainsi été commandée par la confédération des banques marocaines afin de mieux comprendre ce phénomène.