Aziz Rebbah signe à Paris un programme d’action entre le Maroc et l’AIE

5437685854_d630fceaff_b-
484
Partager :

Le nouveau programme de travail est conçu pour soutenir le Maroc dans la mise en œuvre de la stratégie énergétique

Le Maroc et l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) ont signé, ce mercredi 28 juin à Paris, un programme d’action pour une durée de trois ans dans le but d’approfondir la coopération bilatérale dans les domaines de la sécurité énergétique, des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique, du renforcement des capacités et des données et statistiques.

Signé par le ministre de l’Energie, des mines et du développement durable, Aziz Rebbah et le directeur exécutif de l’AIE, Fatih Birol, ce programme vise à répondre aux besoins spécifiques du royaume, devenu membre associé de l’agence en novembre 2016, en matière de transition vers une économie à bas carbone.

Dans le cadre du programme, le secrétariat de l'AIE et le Ministère de l'Énergie, des Mines et du Développement durable travailleront en étroite collaboration pour atteindre les objectifs ambitieux énoncés dans le plan énergétique à long terme du royaume.

« Ce programme conjoint de travail vise à promouvoir les relations de longue date entre l'AIE et le Maroc et consolidera le partenariat entre les deux parties pour un avenir énergétique plus durable et plus sûr », a déclaré Birol, se félicitant du leadership et de l'engagement du Maroc en matière de développement des énergies renouvelables.

Le Maroc est devenu le premier pays de la région MENA à bénéficier du statut de membre associé de l'AIE, permettant ainsi à l'Agence à s’ouvrir aux économies émergentes.

Le Maroc possède de nombreuses sources d'énergie renouvelable, principalement l'énergie solaire, éolienne et hydroélectrique, et est un leader régional dans le développement de technologies énergétiques propres, indique l’AIE dans un communiqué, relevant que le gouvernement marocain poursuit une politique visant à réduire sa dépendance à l'égard des combustibles fossiles importés et à accroître la part des énergies renouvelables.

Il a également été parmi les premiers pays de la région MENA à réduire les subventions aux combustibles fossiles et à introduire des mesures d'efficacité énergétique.

La collaboration de l'AIE avec le Maroc a débuté en 2007, en particulier dans les domaines de la politique énergétique, des statistiques et de la Recherche et du Développement (R & D). Deux ans plus tard, le gouvernement a adopté une stratégie énergétique nationale, établissant des objectifs clairs pour le développement de l'énergie éolienne, solaire et hydroélectrique.

Le nouveau programme de travail est conçu pour soutenir le Maroc dans la mise en œuvre de la stratégie énergétique, y compris l'orientation et l'assistance sur les meilleures pratiques et technologies qui aideront le royaume à atteindre ses objectifs énergétiques propres, conclut le communiqué.