Barrages : des taux de remplissage de plus de 50% à la date d’aujourd’hui

5437685854_d630fceaff_b-
2103
Partager :

Les retenues des principaux barrages du Maroc, tous usages confondus, ont atteint plus de 8,31 milliards de m3 à la date du 14 février 2017, enregistrant ainsi un taux de remplissage de 54,6%, selon le ministère délégué chargé de l'Eau.

Ce niveau est inférieur à la même période de l'année 2016, durant laquelle les retenues se sont élevées à environ 9,3 milliards de m3, soit un taux de remplissage de 60,8%, indique le ministère dans sa situation journalière des barrages.

Le taux de remplissage du barrage Garde Sebou est passé à 100%, le 14 février 2017, contre 94,7% une année auparavant, précise le département, notant que les barrages Nakhla, Bouhouda, Imi El Kheng et Ahl Souss ont, pour leur part, réalisé le taux de remplissage record de 100%.

Le barrage Sidi Said Maachou a, quant à lui, maintenu son taux de remplissage optimal (100%), atteint il y a un an, ajoute la même source.

Le ministère relève une forte progression des taux de remplissage de certains barrages, tels que Ibn Battouta qui est passé de 11,9% le 14 février 2016 à 64,8%, le 14 février 2017, El Kensra (44,7% à 71,8%) et Dkhila (52% à 96%).

Toutefois, des baisses ont été notées dans plusieurs barrages, notamment Hassan II (76,4% à 20,6%), M.B.A Al Khattabi (51,9% à 16%) et Asaflou (74,5% à 57,3%).

Un taux de remplissage de 58% pour les 9 barrages relevant de l’agence du bassin hydraulique du Loukkos

Les retenues des neuf barrages relevant du ressort territorial de l'Agence du bassin hydraulique du Loukkos ont dépassé 653 millions de m3, au 14 février, soit un taux de remplissage de plus de 58%, selon un rapport de l'agence.

Les réserves hydrauliques ont ainsi totalisé un volume de 653,4 millions de m3 au 14 février, soit un taux de remplissage de 58,6%, contre 577,7 millions de m3 durant la même période une année auparavant (51,8%), explique le document.

Le barrage d'Oued El Makhazine (province de Larache) a atteint un taux de remplissage de 65,1% durant cette période contre 52,4% en glissement annuel (437,74 millions de m3 contre 352,27 millions de m3), alors que pour le barrage du 9 Avril 1947, les retenues ont atteint 150,67 millions m3, soit un taux de remplissage de 50,2%, contre 173,03 millions m3 durant la même période une année auparavant (57,7%).

Pour sa part, le barrage de Smir (province de Tétouan) a atteint un taux de remplissage de 23,6%, soit une disponibilité d’eau de 9,59 millions de m3, contre 8,73 millions de m3 une année auparavant (21,5%), alors que celui du barrage Moulay El Hassan Ben El Mehdi s'est établi à 23,5% (6,77 millions de m3), contre 37,2% en glissement annuel (10,70 millions de m3).

Quant au barrage de Tanger Med (province de Fahs-Anjra), il a enregistré un volume de 20,35 millions de m3 (92,4%) contre 18,99 millions de m3 (86,3%), alors que celui d’Ibn Battouta a atteint 18,86 millions de m3 (64,8%), d’Abdelkrim El Khattabi (province d’Al Hoceima) s’est établi à 1,86 million de m3 (16%), et de Nakhla a affiché 4,38 millions de m3 (100%).

Concernant le barrage Joumoua (province d’Al Hoceima), il a atteint 3,19 millions de m3 (63,3%) contre 4,09 millions de m3 durant la même période une année auparavant (81%).

Et de souligner que le taux de remplissage de ces barrages a enregistré une nette amélioration après les dernières précipitations qu'a connues le Nord du royaume, ce qui permettra d'améliorer les retenues des nappes phréatiques, à assurer les besoins en eau potable aux différentes provinces de la région, et à garantir une bonne campagne agricole dans les différents périmètres irrigués.