Convention de partenariat pour former des jeunes aux métiers liés à l’énergie solaire

5437685854_d630fceaff_b-
221
Partager :

Dans le cadre des préparatifs au lancement de la phase d’exploitation des centrales Noor Ouarzazate II et Noor Ouarzazate III dans la région de Ouarzazate, Masen, L’OFPPT, et le groupe d’ingénierie t construction SENER ont signé, ce mardi 28 mars, une convention de partenariat pour la formation d’une centaine de jeunes aux métiers liés à l’énergie solaire à concentration.

La convention signée par Masen, l’OFPPT et SENER porte sur une offre de formation en relation avec les besoins de la phase d’exploitation des centrales Noor Ouarzazate II et Noor Ouarzazate III. Elle prévoit notamment de favoriser le capital humain local à travers la formation, en collaboration avec l’OFPPT d’une centaine de jeunes, issus majoritairement de la région de Ouarzazate. Les candidats retenus suivront une formation qualifiante d’environ 3 mois à partir d’avril 2017, à l’issue de laquelle ils recevront une attestation de formation sur l’énergie solaire à concentration.

Mustapha Bakkoury, président de Masen a indiqué que « ce partenariat avec SENER et l’OFPPT permettra de former à Ouarzazate, dans différents métiers, des ressources humaines qualifiées, pour la bonne exploitation de [nos] centrales ».

Pour sa part, Larbi Bencheikh, directeur général de l’OFPPT a réaffirmé l’engagement de l’office à « accompagner le développement des énergies renouvelables ». « C’est une nouvelle occasion pour mettre l’expertise de notre institution au profit des opérateurs économiques nationaux et internationaux. Il s’agit d’une approche au cœur de notre stratégie de développement basée sur l’écoute des attentes des professionnels et le déploiement d’une offre de formation adaptée. Cette convention est une traduction parfaite de cette approche », a-t-il ajouté.

De son coté, le directeur de SENER, Anas Raisuni a déclaré que « le transfert de compétences et de savoir-faire est un des facteurs de succès des projets énergétiques renouvelables au Maroc » avant d’ajouter que cette approche est dans l’ADN de SENER.