COP22 : Mekouar dresse le bilan des négociations multilatérales

5437685854_d630fceaff_b-
516
Partager :

Presque un mois après la tenue de la 22ème Conférence des Parties, Aziz Mekouar, ambassadeur pour les négociations multilatérales au sein du comité de pilotage de la COP22 a tenu une conférence de presse, histoire de faire un bilan de cette rencontre

« La COP22 a été la première du genre avec 35 résultats négociés, un agenda global de l’action pour le climat, de nombreuses initiatives lancées par des membres de la société civile et l’adoption par les parties de la proclamation de Marrakech pour l’action en faveur de notre climat et du développement durable. Ces résultats démontrent une volonté politique aux plus hauts niveaux pour consolider l’Accord de Paris et sa mise en œuvre », a-t-il déclaré, lors d’une rencontre ce jeudi 15 décembre à Casablanca.

Les travaux des COP22, de la conférence des parties au protocole de Kyoto et l conférence des parties à l’accord de Paris ont porté sur plusieurs questions liées aux changements climatiques telles que la finance, l’adaptation, le renforcement des capacités et la transparence, et ont donné des résultats suivants.

Parmi ces résultats, les plus importants sont l’adoption par les parties de la proclamation de Marrakech pour l’action en faveur du climat et du développement durable, la tenue d’une réunion des parties à l’accord de Paris après l’entrée en vigueur de l’accord, le lancement de l’initiative pour l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques et la création du prix international Mohammed VI pour le climat et le développement durable (un million de dollars.

Il y a également le partenariat de Marrakech pour l’action climatique globale pour la période 2017-2020, l’initiative « Pathway to 2050 » qui vise à réunir une vaste coalition d'agences gouvernementales, d’entreprises et d’organisations nationales et sous-nationales, le lancement du NDC Partnership et du Navigator pour aider les pays à identifier les possibilités de financement et de renforcement des capacités et la création du réseau des centres internationaux d'excellence sur le changement climatique et des think tanks pour le renforcement des capacités pour promouvoir les efforts de renforcement des capacités dans le cadre de la coopération Sud-Sud et Nord-Sud.

Ensuite il y a l’engagement du  « Climate Vulnerable Forum » (CVF)à prendre des mesures pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels et conduire à une transformation de nos modes de vie vers 100% d'énergie renouvelable, l’adoption de nouveaux axes dans le cadre du plan de travail de Nairobi sur les impacts, la vulnérabilité et l'adaptation au changement climatique et l’adoption d'un plan de travail quinquennal dans le cadre du mécanisme international de Varsovie relatif aux pertes et préjudices liés aux incidences des changements climatiques.

Enfin il a été définie une feuille de route pour la finance climat de 100 milliards de dollars d'ici 2020, un financement de 50 millions de dollars annoncé en faveur de « Capacity-building Initiative for Transparency » (CBIT) afin de renforcer les capacités institutionnelles et techniques des pays en développement et l’adoption du 2ème programme biennal de travail de Lima.